Feeding the CAF / Nourrir des FAC

Webb Hall, building S-149 at CFB Borden is a building everyone on base wants to be invited to for lunch. Why? Because this where all Canadian Armed Forces (CAF) cooks, new and qualified alike, are trained to feed their fellow members.

When a member decides to join the CAF as a cook, they must complete Basic Military Qualification (BMQ) training, just the same as every other new member. However, with BMQ under their belt, new cooks are posted to the Canadian Forces Logistics Training Centre (CFLTC) here in Borden, and they finally get to don a set of ‘cook’s whites’ and dive into the intensive hands-on training required to master their trade. Members that attend the CFLTC Food Service Training Cadre are subjected to 88 training days to be granted their initial qualification (QL3). This course consists of rigorous and demanding days developing the basic skills required of a cook in the CAF such as knife handling, hygiene and sanitation, preparing basic recipes, baking methods and, most importantly, working as part of a team. The cook trade is quite small in relative terms and an ability to work well with others, endure long hours and maintain high standards are essential to their success.

Early mornings mean students will be dressed and ready for inspection at 5 a.m., where they then proceed to cook a myriad of products including breakfast items, baked goods, soups and stews, sauces, salads, meat and poultry, starches, and vegetables – all the while learning how to safely produce a healthy menu and flavourful dish. Towards the end of the course, they will spend 25 days working in the Large Quantity Kitchen, where they will continue to hone their skills and get a taste of what it takes to feed over 100 diners breakfast and lunch. Anyone lucky enough to receive an invite for these meals always leaves with a full belly and a smile on their face.

Cooks are known to have one of the toughest jobs in the CAF– early mornings, long hours, heavy workloads and demanding conditions, but it can also be an extremely rewarding career. Morale is a very important part of what CAF cooks provide, and a hot meal, along with a friendly face and a welcoming smile can sometimes mean the difference between someone having a bad day or a good day. An old saying rings true, “An army marches on its stomach.”  The safe and nutritional food provided by CAF Cooks enables 95,000 (and growing) Regular and Reserve Force personnel to achieve the mission each and every day.

“Service Second to None” is the motto of the Logistics Branch, and each trainee, prior to receiving their Logistics Cap Badge, will be tested and evaluated to ensure they are armed with the skills needed to provide such service. Upon completion of this course, each member will be posted to bases, ships and wings across the country and around the world, where they will continue to build on the skills they developed until they are ready for the next phase of their training.


Le mess Webb, bâtiment S-149 ici à la BFC Borden – est le bâtiment où tous les militaires de la base veulent être invités à manger. Pourquoi? Parce que c’est là que tous les cuisiniers des Forces armées canadiennes (FAC), qu’ils soient nouveaux ou qualifiés, sont formés pour nourrir leurs collègues.

Lorsqu’un militaire décide de se joindre aux FAC pour devenir cuisinier, il doit suivre l’instruction de qualification militaire de base (QMB), comme n’importe quelle recrue. Mais une fois leur QMB réussie, les nouveaux cuisiniers sont affectés au Centre d’instruction logistique des Forces canadiennes (CILFC), ici à Borden, où ils peuvent enfin enfiler l’uniforme blanc de cuisinier et se lancer dans la formation intensive nécessaire à la maîtrise de leur profession. Les membres qui participent au Cadre d’instruction en services d’alimentation et des stewards du CILFC sont soumis à 88 jours de formation pour obtenir leur niveau de qualification initiale (NQ3).  Ce cours comprend des journées rigoureuses et exigeantes pour développer les compétences de base requises de tout cuisinier des FAC : manutention des couteaux, hygiène et assainissement, préparation de recettes de base, méthodes de cuisson, et surtout travail en équipe. Le groupe professionnel des cuisiniers est assez petit en termes relatifs et la capacité de bien travailler avec les autres, d’endurer de longues heures et de maintenir des normes élevées est essentielle à son succès.

Pour les cuisiniers stagiaires, la journée commence tôt le matin alors qu’ils doivent être prêts pour l’inspection à 5 h du matin, avant de commencer à préparer une myriade de produits, pour les petits déjeuners, des produits de boulangerie, des soupes et des ragoûts, des sauces, des salades, de la viande et de la volaille, des féculents et des légumes, tout en apprenant comment produire en toute sécurité un menu sain et des plats savoureux. À la fin du cours, ils auront passé vingt-cinq jours à travailler aux cuisines toutes équipées de grande capacité, où ils auront affiné leurs compétences et eu un avant-goût de ce qu’il faut pour nourrir plus de 100 personnes au petit-déjeuner et le midi. Tous ceux qui ont la chance de recevoir une invitation pour ces repas repartent toujours avec le ventre plein et le sourire aux lèvres.

Les cuisiniers sont connus pour avoir l’un des emplois les plus difficiles des FAC – levée tôt le matin, de longues heures avec de lourdes charges de travail et des conditions exigeantes. Mais il peut aussi s’agir d’une carrière extrêmement enrichissante.  Le moral est une partie très importante de ce que les cuisiniers des FAC fournissent, et un repas chaud, un visage amical et un sourire accueillant peuvent parfois faire toute la différence entre une journée vraiment mauvaise ou une bonne journée. Le vieux dicton dit vrai : « Une armée marche à son estomac. »  Les aliments sûrs et nutritifs fournis par les cuisiniers des FAC permettent aux 95 000 membres de la Force régulière et de la Force de réserve (un nombre qui ne cesse d’augmenter!) d’accomplir leur mission tous les jours.

La devise de la Branche logistique est « SERVICE À NUL AUTRE PAREIL », et chaque stagiaire, avant de recevoir son insigne de coiffure de la Logistique, sera testé et évalué pour s’assurer qu’il est bien armé des compétences nécessaires pour fournir un tel service. À la fin du cours, les membres sont affectés aux bases, navires et escadres partout au pays et dans le monde, où ils continuent de développer les compétences qu’ils ont acquises jusqu’à ce qu’ils soient prêts pour la prochaine phase de leur instruction.

By/Par: Sgt Bonnie von Dungern

Related posts

Leave a Comment