In search of our hero / À la recherche de notre héros

Monica and Ron Badger

 

We want to say a big thank you to Corporal Patrick (?) of CFB Borden. Unfortunately, we can’t remember his last name.

On October 28, my husband, Ron Badger and I were returning home from visiting a friend in Orillia. My husband was ill with the flu so I was driving. We were almost through Angus, ON when my husband asked me to pull over because he was feeling that he might be sick.

Ron climbed over the guardrail as I looked in the rear-view mirror to check for oncoming traffic. When I looked back to see how my husband was doing, he had disappeared.

I got out of the car and ran to the last place I saw him, but he was gone. I then noticed him lying on his back, upside down, at the bottom of a 15-foot embankment – he had lost his balance and, because the grass was very slippery, he fell.

I panicked. Was he conscious? Was he hurt? Was something broken? I called his name a few times and finally saw him move his hand, at least I knew he was conscious.

I knew if I tried to go down there to help him crawl up the bank we wouldn’t make it and would both be in the ditch, so I turned my attention to the road and started waiving my arms frantically. A number of vehicles went by, and then Patrick stopped. I explained the circumstance and he immediately scrambled down to where Ron was lying. Eventually, he managed to get him to a sitting position and then gradually got him on his feet. It took quite a bit of effort, but he finally managed to bring Ron up to the road safely.

We have never been so grateful to someone – what a wonderful, caring and helpful human being!

If anyone knows an amazing young Corporal at Borden named Patrick, please let him know we won’t ever forget him!


Nous tenons à remercier chaleureusement le caporal Patrick (?) de la BFC Borden. Malheureusement, nous ne nous souvenons pas de son nom de famille.

Dimanche dernier, le 28 octobre, mon mari, Ron Badger, et moi rentrions chez nous après avoir rendu visite à un ami à Orillia. Mon mari avait la grippe, alors c’est moi qui conduisais. Nous étions presque rendus à Angus (Ontario) lorsque mon mari m’a demandé de me ranger sur le côté de la route parce qu’il ne se sentait pas bien.

Il a ensuite sauté le garde-corps, et j’ai regardé dans le rétroviseur pour voir s’il y avait de la circulation en sens inverse. Quand je me suis retournée pour voir comment allait mon mari, il avait disparu. Je suis sortie de la voiture et j’ai couru jusqu’au dernier endroit où je l’ai vu et il n’était pas là. Je l’ai ensuite vu couché sur le dos, la tête en bas, au fond d’un remblai de 15 pieds. Il avait perdu l’équilibre et, parce que l’herbe était très glissante, il était tombé.

J’ai paniqué. Était-il conscient? Était-il blessé? S’était-il brisé quelque chose? J’ai appelé son nom à quelques reprises et je l’ai finalement vu bouger sa main, alors je savais au moins qu’il était conscient. Je savais aussi que si j’essayais d’aller en bas pour l’aider à remonter le remblai, nous n’y arriverions pas et nous serions tous les deux dans le fossé, alors j’ai tourné mon attention vers la route et j’ai commencé à agiter mes bras frénétiquement. Plusieurs véhicules sont passés, puis Patrick s’est arrêté.

J’ai expliqué la situation et il s’est immédiatement rendu là où Ron était couché. Finalement, il a réussi à le mettre en position assise et, peu à peu, à le relever. Cela a exigé beaucoup d’efforts, mais il a finalement réussi à amener Ron sur le bord de la route en toute sécurité.

Nous n’avons jamais été aussi reconnaissants envers quelqu’un – quel être humain merveilleux, bienveillant et serviable!

Si quelqu’un connaît un jeune caporal extraordinaire à Borden qui s’appelle Patrick, dites-lui que nous ne l’oublierons jamais!

Submitted by Monica Badger

Related posts

Leave a Comment