Home CFB Borden Let’s be free!

Let’s be free!

303

In times of confinement or isolation, we can have this feeling of being “imprisoned” and not being able to do whatever we like. We want to regain our freedom.

About two weeks ago, the Jewish people celebrated the holiday of Passover. This holiday commemorates the coming out of Egypt (Mitzraim) of the children of Israel 3332 years ago.

Mitzraim, the Hebrew word for “Egypt,” means “boundaries” and “restrictions.” Yetziat Mitzrayim, “coming out of Egypt”, is the effort to rise above everything that hinders man’s soul, be it limitations imposed by an external force or physical, psychological or spiritual limitations imposed by habit and nature.

One of the most precious things of man is his freedom. We all aspire to it. But what is freedom? The dictionary gives us a dozen definitions. Generally speaking, freedom is perceived as the possibility of action and movement. 

But is that really freedom? 

Without entering in a philosophical debate, it is fair to say that a person who does what he wants, when he wants, is in fact only subject to his instincts and desires without any power of authority over them. 

On the other hand, a person who knows how to limit, control and put very precise boundaries on his actions, words and thoughts, is a free person. Free to be able to make choices thoughtfully and rightfully and to act accordingly without being biased by one’s impulses.

These days of confinement can be used to appreciate and evaluate our physical, psychological and spiritual freedoms.

By Padre Levi Arouch


Soyons libres !

En période de confinement ou d’isolation, nous pouvons avoir ce sentiment d’être « emprisonné » et de ne pas pouvoir faire ce que nous voulons. Nous voulons regagner notre liberté.

Il y a à peu près deux semaines, le peuple juif a célébré la fête de Pessah-Pâques. Cette fête commémore la sortie d’Égypte (Mitzraim) des enfants d’Israël il y a 3332 ans.

Mitzraim, le mot hébreu pour « Égypte » signifie « frontières » et « restrictions » ; Yetziat Mitzrayim, « sortir d’Égypte », est l’effort pour s’élever au-dessus de tout ce qui gêne l’âme de l’homme, que ce soit les limitations imposées par une force extérieure ou les limitations physiques, psychologiques ou spirituelles imposées par l’habitude et la nature.

Une des choses les plus précieuses de l’humain est sa liberté. Nous y aspirons tous. Mais qu’est-ce que la liberté ? Le dictionnaire nous donne une douzaine de définitions. De manière générale, la liberté est perçue étant la possibilité d’action et de mouvement. 

Mais est-ce vraiment ça la liberté ? 

Sans entrer dans un débat philosophique il convient de dire qu’une personne qui fait ce qu’elle veut, quand elle veut, n’est en fait que sujette à ses instincts et ses désirs sans aucun pouvoir d’autorité sur eux. 

Par contre, une personne qui sait limiter, contrôler et mettre des frontières très précises sur ses actions, paroles et pensées, est une personne libre. Libre de pouvoir faire des choix de façon réfléchie et juste et agir en fonction sans être biaisé par ses impulsions.

Ces jours de confinements peuvent servir à apprécier et évaluer nos libertés au niveau physiques, psychologiques et spirituelles.

Par Padre Levi Arouch