Home Featured Stories National Indigenous History Month and the CAF (IV)

National Indigenous History Month and the CAF (IV)

262
Commander of the Canadian Army and Defense Champion for Indigenous People, Lieutenant-General Lanthier, CMM, MSC, MSM, CD Speaks with a candidate during the BOLD EAGLE Graduation Parade 2018 on the Keller Parade Square, 3 Canadian Division Support Base Garrison Wainwright on August 16, 2018. Image By: Corporal Jay Ekin, Wainwright Garrison Imaging WT02-2018-0040-115

For the eleventh year, Canadians unite to honour Indigenous “history, heritage, and diversity” throughout the month of June.

National Indigenous History Month was created after a unanimous motion was passed in the House of Commons in 2009. The observance is an opportunity to celebrate the contributions and cultures of First Nation, Inuit and Métis communities across the country.

During the month of June, the Borden Citizen will highlight prominent Indigenous figures within the CAF, recognizing how this community has, and continues, to provide support to the Armed Forces and the rest of Canada. 

This week, we’re featuring the Canadian Armed Force’s Indigenous Summer Programs, which aims to provide approximately 150 youth (ages 18 -25), from this demographic, with military training and experience. 

The three programs: Bold Eagle, Black Bear and Raven typically run across Canada throughout July and August: 

  • Bold Eagle (Army) at CFB Wainwright, Alberta; 
  • Black Bear (Army) at CFB Gagetown, New Brunswick (fun fact: this program originated right here in Borden, Ontario); 
  • Raven (Navy) at CFB Esquimalt, British Columbia. 

According to MWO Grant Greyeyes, Indigenous Advisor to the Commander of the Canadian Army, several CAF officers are tasked with forming relationships with nearby Indigenous groups. This allows them to arrange visits and discussions to promote the programs. 

Upon acceptance, participants are enrolled in the Primary Reserve of the Army or Navy branches of the CAF. They receive both a salary for their time and a Reserve Basic Military Qualification upon program completion. Individuals are encouraged to pursue a career in the CAF, but are not obligated to continue their service. 

According to the Department of National Defence, “participants have direct access to guidance, support, and cultural teachings from dedicated program staff, including Indigenous Elders and Indigenous civilian counsellors.”

This being said, their days mimic other basic training programs with 5 a.m. alarms, demanding drills, physical training, field exercises and survival skills. 

2017 Black Bear Recruit, Brandon Julian said, “I want to serve this country. I love Canada so this is where I need to be.” 

Despite the challenges he faced with balancing the differences between Mi’kmaq and CAF culture, Julian explained, “knowing the Forces, they will give me the opportunity to balance my culture, because they know it’s important.”

Within the CAF, the Defense Aboriginal Advisory Group helps bridge any disconnect between the 2294 Indigenous military members and the chain of command by highlighting issues that affect the group. 

Interested in learning more? Want to apply? Click here for additional information and associated links!  Please note the programs are cancelled for 2020 due to the COVID-19 pandemic.


Les FAC et le Mois national de l’histoire autochtone

Pour la onzième année consécutive, les Canadiens s’unissent pour honorer « l’héritage et la diversité des peuples autochtones » pendant le mois de juin.

En 2009, une motion votée à l’unanimité à la Chambre des Communes désignait le mois de juin Mois de l’histoire autochtone. Il s’agit d’une occasion de souligner les contributions et les cultures des communautés des Premières nations, des Inuits et des Métis de partout au pays.

Le journal Citoyen Borden mettra en avant d’importantes personnalités autochtones au sein des FAC durant tout le mois de juin, en vue de souligner la façon dont cette communauté a soutenu les forces armées et le Canada, et continue de le faire.

Nous présentons, cette semaine, les programmes estivaux des Forces armées canadiennes à l’intention des Autochtones, dans le cadre desquels quelque 150 jeunes Autochtones (âgés de 18 à 25 ans) vivent une expérience militaire et obtiennent une formation dans le domaine.

Il s’agit de trois programmes, Bold Eagle, Black Bear et Raven, qui ont lieu normalement en juillet et août partout au pays :

  • Bold Eagle (Armée) à la BFC Wainwright, Alberta;
  • Black Bear (Armée) à la BFC Gagetown, au Nouveau-Brunswick (fait amusant : ce programme est né ici même à Borden, en Ontario); 
  • Raven (Marine) à la BFC Esquimalt, en Colombie britannique.

Selon l’Adjum Grant Greyeyes, conseiller autochtone du commandant de l’Armée canadienne, plusieurs officiers des FAC sont chargés de tisser des liens avec les divers groupes autochtones de la région (en anglais seulement). Cela leur permet d’organiser des visites et des discussions pour promouvoir les programmes.

Les participants admis aux programmes sont enrôlés dans la Première réserve des branches de l’Armée de terre ou de la Marine des FAC. Ils reçoivent à la fois une solde et une qualification militaire de base de la Réserve à la fin du programme. On encourage ensuite les participants à faire carrière dans les FAC, mais ils ne sont pas obligés de poursuivre leur service.

Selon le ministère de la Défense nationale, « les participants ont un accès direct aux conseils, au soutien et aux enseignements culturels des membres dévoués du personnel du programme, y compris les aînés autochtones et les conseillers civils autochtones ».

Cela dit, leurs journées ressemblent à une journée typique de toute autre instruction élémentaire, c’est-à-dire, le réveil à 5 h du matin, des exercices exigeants, du conditionnement physique, des exercices en campagne et des compétences en matière de survie.

« Je veux servir ce pays », a déclaré Brandon Julian, recrue du programme Black Bear de 2017 (en anglais seulement). « J’aime le Canada, c’est donc ici que je dois être. »

Malgré les obstacles qu’il a dû surmonter pour réconcilier les différences entre la culture mi’kmaq et celle des FAC (en anglais seulement), Brandon Julian affirme que « Connaissant les Forces, elles me donneront l’occasion d’équilibrer ma culture, car elles savent que c’est important ».

Au sein des FAC, le Groupe consultatif des Autochtones de la Défense sert de pont entre les 2 294 militaires autochtones et la chaîne de commandement en soulignant les problèmes qui touchent ce groupe. 

Vous voulez en apprendre davantage ou vous inscrire? Cliquez ici pour de plus amples renseignements et pour les liens connexes. Veuillez noter que les programmes sont annulés pour 2020 en raison de la pandémie de COVID-19.

By/Par Zoe Côté