Home CFB Borden Protecting the boss / Protéger les hauts dirigeants

Protecting the boss / Protéger les hauts dirigeants

2975
Using a contingency plan to extract a VIP from a building where a meeting had been disrupted by simulated gunfire and artillery rounds, CPOC candidates move her to a safe location away from the attack during the final exercise at 4 CDTC Meaford in June / En recourant à un plan de contingence pour extraire un dignitaire d’un édifice où un rassemblement a été perturbé par des tirs et des obus d’artillerie simulés, les candidats du CAPR le transfèrent dans un endroit sûr à l’écart de l’attaque pendant l’exercice final au CI 4Div CA de Meaford en juin. Photo credit: Mark Giles

Although not often thought about by members of the Canadian Armed Forces (CAF) or Defence civilians — let alone members of the public — the job of protecting some senior officials and general/flag officers is a very serious business. Often referred to as close protection (CP) by those in the police and security industries, this requirement, and related security planning and tactics, is not often discussed within the CAF or other government and private-sector organizations — and for good reason. 

Depending on the official involved, and the location and surrounding environment, there can be sensitive movement-related information to be protected — and real threats, associated vulnerabilities and potential impacts to be countered. For operational security reasons, these threats and vulnerabilities are rarely, if ever, discussed publicly — certainly not in specifics — as doing so could jeopardize the safety of a very important person (VIP), or “principal” or “Person Designated Special Status” as they are often referred to internally (within CP teams).

“Close protection officers, otherwise known as bodyguards (CP operators), are the last line of defence between a threat and a VIP. If all of the other protection systems are breached, the bodyguard needs to be able to react confidently and without any hesitation,” wrote Tony Palermo, a journalist who specializes in law enforcement, crime and human interest stories, in a 2009 article published by Blue Line, Canada’s national law enforcement magazine. “They must be totally tuned in to their environment; their eyes like lasers, constantly scanning the crowds and surroundings. They must evaluate what they see and hear. If a threat is detected, it must be dealt with quickly.”

Providing CP operators with the knowledge, skills and discretion required to scan, evaluate, detect and deal with these threats and protect VIP requires an intense, comprehensive and credible training package. Delivered by major police agencies (e.g. RCMP, U.S. Secret Service), some well-known private sector firms (e.g. Ronin in South Africa), and armed forces around the world, including the CAF, these intense training courses normally involve weeks of classroom learning and practical exercises in realistic urban and field settings. 

Two months of intensity

The CAF’s course, known as the Close Protection Operator Course (CPOC) and delivered over a nine-week period at the CF Military Police Academy (CFMPA) at CFB Borden, is one of the best. An intense, all-consuming, two months focused on fitness, firearms (pistol and carbine), individual bodyguard drills, defensive tactics and close-quarter battle, motorcade and evasive driving skills, venue and route reconnaissance, residential CP, responding to attacks on foot and vehicle — including principal (VIP) recovery — establishing a CP operations room, and VIP etiquette, the CPOC generates trained specialists ready for the high expectations of a very demanding job.

“This course prepares selected candidates to provide professional close protection to designated senior officials who require this support,” said Lt Adam Ward, the CFMPA’s course officer for the most recent CPOC and now officer commanding CFB Borden’s detachment of the CF National Investigation Service. “It’s designed to be a tough, comprehensive course to ensure graduates are prepared for the important work they’ll be assigned to do.”

Until 2017, CPOC was only open to military police personnel, however, it is now also open to CAF members within the combat arms trades — both regular and reserve. For selected candidates, often with extensive police and military backgrounds, CPOC is still not an easy touch — and becoming a successful CP operator also involves adopting a different approach to dealing with potential threats.

“The majority of the candidates from the last few courses come from a combat arms trade and are used to advancing and battling with the enemy,” said Sgt Patrick Cayer, an experienced CPOC instructor. “As CP operators, they must learn new ways to respond to threats that are very different from that mentality.”

“I found most people had initial trouble with learning new drills with the weapons,” said Sgt Nick Halsband, a graduate of the most recent (2019) course. “For people with combat arms backgrounds that (have been) taught a certain way for years, to come in and be expected to be able to do new drills — quickly, safely, and accurately — was a challenge. For those (without) the same muscle memory of weapons drills, they had to quickly get up to speed.”

Fitness essential

The course officer, instructors and candidates all agree that a very high level of fitness is essential to success, given the course’s rigorous demands in preparation for the real world. 

“In my opinion, the candidates that excel best on the course are the ones that are the most physically fit, have a good ability to adapt and think under pressure,” said Sgt Cayer. “If a candidate is not at his/her best physically, they will be tired from the long days and dynamic scenarios, and that will affect their ability to think under pressure and adapt to the situation being forced on them, which is why I believe fitness to be the most important aspect in preparing for the course.”

“Come prepared mentally and physically,” said Sgt Halsband. “Physically, the course is tough — with workouts varying from six minutes to three hours. You always have a chest rig (body armour) on and are always moving with a sense of purpose.”

While the demands of domestic or overseas travel, the need for constant vigilance, and the requirement for strength and stamina in a threatening situation, are key factors justifying the need for high fitness levels, being extremely fit is often necessary to just keep up with the daily routine of protecting an energetic and fit VIP. This was highlighted by an RCMP officer protecting the top official in the country — the Canadian prime minister — when quoted in the Blue Line magazine article. 

 “When Mr. Chrétien was prime minister, he would go up those stairs (at Parliament) two at a time. If he could lose the (CP operators), he’d do it just as a challenge,” he said.

Whether keeping up with a VIP climbing stairs or conducting more gruelling protective duties, there is no question that successful candidates must come into the training extremely fit. Of course, the real fitness test comes when a CP operator is called upon to protect a VIP in a dynamic situation – one where considerable physical exertion and, therefore, stamina is required to defend against a physical attack and successfully remove a VIP from a dangerous encounter. 

Combining cognitive and physical

Despite the importance of fitness, protecting the principal isn’t all physical. Combining the cognitive with the physical is essential to ensure proper planning and preparation goes into what CPOC staff have referred to as a thinking person’s game.

“I have taken many courses in my life and the CPOC was by far the most challenging and rewarding,” said Cpl Adam Rourke, a recent graduate. “I believe what separates it is the need to combine a high level of cognitive function and physical fitness. The staff continuously stated that ‘CP is a thinking person’s game’ and they were right — during scenarios you are forced to think outside the box constantly, while performing physically straining tasks.”

While the cognitive encompasses the quick thinking required in dynamic situations, it also involves the deliberate planning process, whereby thought must be given to the presence, posture and profile aspect in ensuring the CP provided on any given operation, or parts thereof, is appropriately overt or covert depending on the mission of the VIP. In some circumstances, a high profile is desired, perhaps as part of an overall deterrence strategy, whereas in others a lower profile may allow meetings or other engagements to occur more smoothly. 

 Moving to a different approach than many from the combat arms trades are familiar with can be a significant adjustment — whether it be the etiquette required in certain settings, or a physical confrontation where extracting the VIP safely from the situation is the priority as opposed to other external objectives. Some of it can perhaps be captured in the concept of time and space.

“The more time and space that a (CP operator) has to react, the better their chance of neutralizing the threat,” said Palermo. “Time and space are created by always knowing what is going on around them.” 

Principal perspective

“The final capstone exercise brings everything together, allowing candidates to use the individual skills and teamwork they’ve learned to respond to some very challenging scenarios,” said Lt Ward. “During this final assessment, we have a very close look to ensure they are fully prepared to be part of one of our deployed CP teams around the world.”  

After a weekend exercise in Toronto to practice CP skills in an urban environment, the final exercise — held at 4 Canadian Division Training Centre at Meaford (4 CDTC), ON. — provides candidates the opportunity to bring all their skills, acquired over the previous nine weeks, into play throughout several deployment-related scenarios. Using actors, CAF personnel-awaiting-training for the most recent course, candidates worked in small teams to provide CP to cover the principal as she met with another actor playing the role of a community leader in a deployed (international) setting.

Simulating a VIP or principal during the CPOC’s major urban (‘black’) and field (‘green’) exercises, LCol Charleen MacCulloch, CFB Borden’s administration officer, explained how things looked from the other side — as the one being protected. Being as close as it gets to the action, and a target during the final exercises, she was very impressed by what she saw and experienced.

“I had never been a VIP before and I was blown away by the level of professionalism, attention to detail and tactics used by the students,” she said.  

Dressed in full-fighting order, including body armour, tactical vests and weapons, candidates and those playing enemy/adversary roles used paint balls to add a small sense of realism to being hit by fire, while ensuring safety through the use of eye protection for all involved in the training scenarios. The scenarios allowed candidates, working in teams — and who had been adjusting their thinking and specific tactics, such as close-quarter battle, to the challenges of CP work — to complete the full transition as CP operators.

“In my opinion, the toughest part for candidates to learn is performing close-quarter battle while dealing with a VIP,” said Sgt Cayer, referring to the tendency of some trained combat arms personnel to think beyond the narrow objectives in principal (VIP) recovery. 

LCol MacCulloch’s role wasn’t an easy one. During this final exercise, she was professionally “recovered” time after time amidst a slew of varied attacks — from extensive simulated gunfire and artillery bursts, to physical assaults attempts — finding herself repeatedly moved rapidly away from threatening situations, which included movement on foot, in and out of vehicles and urban structures, and even through swampy terrain in an effort to protect her from harm. Like the CPOC candidates and instructors, she had a very positive attitude throughout.

“This was one of the best experiences of my military career,” she said. “And I wasn’t hit by a paintball once, so the team did their job!”

Serving Canada’s interests

CPOC graduates are ready for the important work ahead of them, both in Canada and overseas. They have learned the concepts and tactics needed to minimize risk to themselves and, most importantly, their assigned principals. The importance of their upcoming work was emphasized to recent graduates by their course officer at graduation in late June.

“You have been explained the significance of the CP specialist skill badge — the sword, griffins and crown — something you now all possess,” said Lt Ward.  “I want to stress the importance of what it represents.  It means our government has entrusted you with safeguarding the most important Canadian representatives around the world.  You will get the opportunity to protect ministers, ambassadors and generals — ensuring Canada’s interests are served on our most important missions. This is no small task, but one that I know you will (achieve).”

CPOC candidates block a physical attack, which disrupted a meeting with a local leader, while extracting the VIP to a safe location during the final exercise at 4 CDTC Meaford in late June. / Les candidats du CAPR empêchent une agression physique, qui a perturbé un rassemblement avec un dirigeant local, tout en extrayant le dignitaire vers un endroit sûr pendant l’exercice final au CI 4Div CA de Meaford à la fin juin

Bien que les membres des Forces armées canadiennes (FAC) et les employés civils de la Défense – et à plus forte raison, le grand public – n’y pensent pas souvent, la protection de certains hauts fonctionnaires et officiers généraux est une tâche très importante. L’application de cette mesure, communément appelée « protection rapprochée » (CP) dans les forces policières et l’industrie de la sécurité, et les activités connexes de planification de la sécurité et d’élaboration de tactiques, sont rarement discutés au sein des FAC ou des autres organisations gouvernementales et privées – et pour de bonnes raisons. 

Selon l’identité de la personne à protéger, l’emplacement et l’environnement immédiat, on est parfois appelé à protéger certaines informations de nature délicate concernant les déplacements et à composer avec des menaces réelles, ainsi qu’avec les vulnérabilités et les incidences potentielles qui en découlent. Pour des raisons de sécurité opérationnelle, ces menaces et ces vulnérabilités font rarement, voire jamais, l’objet de discussions publiques – ou du moins, elles ne sont certainement pas discutées dans les détails – car cela pourrait compromettre la sécurité d’une personne que les équipes de CP appellent entre elles un « dignitaire », un « dirigeant » ou une « personne ayant un statut spécial ».

« Les agents de CP, aussi appelés gardes du corps, constituent la dernière ligne de défense entre une menace et un dignitaire. Lorsque tous les autres systèmes de protection en place ne suffisent pas, le garde du corps doit être en mesure d’intervenir avec confiance et sans aucune hésitation », explique Tony Palermo, journaliste spécialisé dans les affaires policières, criminelles et d’intérêt humain, dans un article publié en 2009 par Blue Line, le magazine national canadien des services policiers. « Ils doivent être totalement à l’écoute de leur environnement; leurs yeux sont comme des lasers, scrutant constamment les foules et les alentours. Ils doivent évaluer ce qu’ils voient et entendent. Lorsqu’une menace est détectée, celle-ci doit être rapidement éliminée. » 

Afin d’acquérir les connaissances, les compétences et la discrétion nécessaires pour scruter, évaluer, détecter et éliminer les menaces, ainsi que pour protéger les dignitaires, les agents de CP doivent suivre une formation intense, complète et crédible. Les principaux services de police (p. ex., la GRC et les services secrets américains), certaines entreprises bien connues du secteur privé (p. ex., Ronin, en Afrique du Sud) et les forces armées du monde entier, y compris les FAC, offrent des cours intensifs qui comportent normalement quelques semaines d’apprentissage en classe ainsi que des exercices pratiques réalistes en milieu urbain et en campagne. 

Un cours intensif de plus de deux mois

Le cours d’agent de protection rapprochée (CAPR) des FAC, lequel est donné sur une période de neuf semaines à l’École de la Police militaire des Forces canadiennes (EPMFC), à la BFC Borden, est l’un des meilleurs cours en son genre. Ce cours intensif de plus de deux mois permet de former des spécialistes prêts à assumer des fonctions très exigeantes et à répondre à des attentes élevées. Le CAPR est axé sur le conditionnement physique, le maniement des armes à feu (pistolet et carabine), les exercices individuels de garde du corps, les tactiques défensives et les combats rapprochés. Il porte également sur les techniques de conduite de cortèges motorisés et de conduite défensive, les activités de reconnaissance des sites et des itinéraires, la CP dans une résidence, la façon d’intervenir en cas d’attaque, aussi bien à pied et qu’en véhicule – un volet qui comprend la récupération des dignitaires –, l’établissement d’une salle des opérations et l’étiquette à observer lorsqu’on escorte un dignitaire.

« Le CAPR prépare les stagiaires à offrir une CP professionnelle aux hauts fonctionnaires », explique le lieutenant Adam Ward, officier de l’EPMFC responsable du plus récent CAPR et actuellement commandant du détachement du Service national des enquêtes des Forces canadiennes de la BFC Borden. « Il s’agit d’un cours complet et intentionnellement difficile pour que les diplômés soient prêts à accomplir les tâches importantes qui leur seront confiées. »

Jusqu’en 2017, le CAPR n’était offert qu’aux membres de la police militaire. Toutefois, les membres des FAC des métiers d’armes de combat de la Force régulière et de la Force de réserve peuvent désormais le suivre. Bien que les candidats sélectionnés possèdent souvent une vaste expérience policière et militaire, ils ne trouvent pas le CAPR facile pour autant. En outre, ils sont appelés à adopter une nouvelle approche pour faire face aux menaces potentielles s’ils souhaitent devenir de bons agents de CP.

« La majorité des candidats qui ont suivi les derniers cours proviennent des métiers d’armes de combat et ont l’habitude d’avancer vers l’ennemi et de le confronter », explique le sergent Patrick Cayer, un instructeur expérimenté du CAPR. « Pour agir en qualité d’agents de CP, ils doivent apprendre des nouvelles façons d’intervenir en cas de menace qui sont très éloignées de cette mentalité. » 

« J’ai remarqué que la plupart des candidats avaient de la difficulté à apprendre de nouveaux exercices avec les armes au début du cours », indique le Sgt Nick Halsband, finissant du plus récent CAPR (2019). « C’est un véritable défi pour les personnes qui ont de l’expérience dans le domaine des armes de combat et qui ont appris à les manier d’une certaine façon pendant des années que de répondre aux attentes et de réussir à effectuer les nouveaux exercices rapidement, en toute sécurité et avec précision. Les candidats qui étaient moins habitués à faire des exercices avec des armes ont rapidement dû se mettre au diapason. »

Nécessité d’être en bonne forme physique

L’officier du cours, les instructeurs et les candidats sont tous d’avis qu’il faut être en excellente forme physique pour réussir ce cours dont les exigences rigoureuses visent à préparer les participants à des situations réelles.

« Selon moi, les candidats qui réussissent le mieux le cours sont ceux qui sont le plus en forme, qui ont une bonne capacité d’adaptation et qui font des choix réfléchis sous pression », affirme le sergent Cayer. « Si un candidat n’est pas au sommet de sa forme, il sera fatigué par les longues journées et les mises en situation dynamiques, ce qui affectera sa capacité à réfléchir sous pression et à s’adapter à la situation qui lui est imposée; c’est pourquoi je considère que la condition physique est l’aspect le plus important de la préparation au cours. »

« Les candidats doivent se préparer mentalement et physiquement au cours », confirme le sergent Halsband. « Le CAPR est exigeant physiquement – il comprend des séances d’entraînement qui varient de six minutes à trois heures. Les participants doivent porter un brêlage de poitrine (gilet pare-balles) en tout temps et toujours se déplacer avec un objectif en tête. »

Bien que les exigences liées aux déplacements au pays ou à l’étranger ainsi que la nécessité d’exercer une vigilance constante et d’être assez fort et endurant pour affronter une situation menaçante représentent des facteurs clés qui justifient l’importance d’être en bonne condition physique, les agents de CP doivent souvent être en pleine forme simplement pour être en mesure de se plier à la routine quotidienne d’un dignitaire en forme et énergique qu’ils doivent protéger. Un agent de la GRC qui a protégé le plus haut fonctionnaire du pays – le premier ministre du Canada – a d’ailleurs souligné ce point dans l’article susmentionné du magazine Blue Line. 

« Quand M. Chrétien était le premier ministre du Canada, il montait les marches du parlement deux par deux. S’il était en mesure de semer les agents de CP, il le faisait simplement par goût du défi. »  

Qu’il s’agisse de suivre un dignitaire lorsqu’il monte des escaliers ou d’accomplir des tâches de protection plus exigeantes, il ne fait aucun doute que les candidats qui réussissent le cours doivent être en pleine forme. Bien sûr, le véritable test de condition physique survient lorsqu’un agent de CP est appelé à protéger un dignitaire au cours d’une situation dynamique dans laquelle il doit déployer un effort physique considérable et, par conséquent, faire preuve d’endurance, afin de se défendre contre une attaque physique et réussir à récupérer un dignitaire à la suite d’une rencontre hasardeuse. 

Une combinaison d’aptitudes physiques et cognitives

Malgré l’importance de la condition physique, la protection d’un dirigeant ne repose pas uniquement sur la forme physique. Les agents de CP doivent combiner leurs aptitudes cognitives et physiques afin de réaliser une planification et une préparation adéquates; cela fait partie de ce que le personnel du CAPR désigne comme des tâches fondées sur la réflexion.

« J’ai suivi de nombreux cours dans ma vie, et le CAPR a été de loin le plus stimulant et le plus gratifiant », affirme le caporal Adam Rourke, un diplômé récent. « Je crois que ce qui le fait émerger du lot, c’est la nécessité de combiner d’excellentes aptitudes cognitives et une bonne condition physique. Les responsables du cours répétaientt souvent que “la CP est une activité réservée aux personnes qui réfléchissent” et c’est tout à fait vrai : dans les mises en situation, on est constamment appelé à sortir des sentiers battus tout en exécutant des tâches physiquement éprouvantes. »

La notion d’aptitudes cognitives comprend non seulement la vivacité d’esprit dont il faut faire preuve dans le cadre de situations dynamiques, mais aussi le processus de planification délibéré au moyen duquel on tient compte de sa présence, de sa posture et du profil que l’on adopte afin de s’assurer que la CP fournie au cours d’une opération donnée, ou d’une partie de celle-ci, est adéquatement explicite ou discrète, selon la mission du dignitaire visé. Alors qu’une visibilité élevée est souhaitée dans certaines circonstances, notamment dans le cadre d’une stratégie globale de dissuasion, il existe des situations dans lesquelles il faut faire preuve d’une plus grande discrétion afin de permettre le bon déroulement de réunions ou d’autres activités. 

 Pour beaucoup de membres des métiers d’armes de combat, l’adoption d’une approche différente – qu’elle soit liée à l’étiquette qu’il faut suivre dans certains contextes ou aux priorités à gérer pendant une confrontation physique où le fait d’extraire un VIP de façon sécuritaire est la priorité par rapport aux autres objectifs externes – de celle qu’ils connaissent bien peut représenter un ajustement important. Certains éléments de ces nouvelles approches sont liés au concept de temps et d’espace. 

« Plus un agent de CP dispose de temps et d’espace pour intervenir, plus il a des chances de neutraliser la menace », explique M. Parlermo. « Il faut toujours être conscient de ce qui se passe autour de soi pour bien utiliser le temps et l’espace disponible. » 

Dans la peau d’un dirigeant

« L’exercice final rassemble tous les éléments importants du cours et permet aux candidats d’utiliser les compétences individuelles et les techniques de travail d’équipe qu’ils ont apprises afin de gérer convenablement des situations très difficiles », explique le lieutenant Ward. « Dans le cadre de ce contrôle final, nous veillons à ce que les candidats soient prêts à faire partie de l’une de nos équipes de CP et à prendre part à des opérations dans le monde entier. »  

Après un exercice de fin de semaine à Toronto pour mettre en pratique les compétences en CP des candidats en milieu urbain, l’exercice final – qui a eu lieu au Centre d’instruction de la 4e Division du Canada à Meaford (CI 4Div CA), en Ontario – a offert aux candidats la possibilité de mettre en pratique toutes les compétences qu’ils ont acquises au cours des neuf semaines précédentes dans le cadre de plusieurs mises en situation liées à un déploiement. Grâce à des acteurs, des membres des FAC qui attendaient de suivre le prochain cours, les candidats ont eu l’occasion de collaborer en petites équipes afin d’assurer la CP d’une dignitaire qui devait rencontrer un acteur jouant le rôle d’un leader communautaire dans un contexte (international) de déploiement. 

Le lieutenant-colonel Charleen MacCulloch, officier d’administration de la BFC Borden, a eu l’occasion de jouer le rôle d’une dignitaire/dirigeante dans le cadre des exercices du CAPR qui se sont déroulés dans un grand centre urbain (« exercice noir ») et en campagne (« exercice vert »). Elle a vu l’autre côté de la médaille et est en mesure de parler de son expérience à titre de personne que l’on devait protéger. Le lieutenant-colonel MacCulloch se trouvait dans le feu de l’action – elle a même été prise pour cible dans le cadre des derniers exercices – et déclare qu’elle a été très impressionnée par ce qu’elle a vu et vécu.

 « Je n’avais jamais joué le rôle de dignitaire auparavant et j’ai été époustouflée par le niveau de professionnalisme, l’attention aux détails et les tactiques des stagiaires », a t elle déclaré.  

Armés et vêtus de l’attirail complet de combat, y compris d’une armure et d’une veste tactique, les candidats et les acteurs qui assumaient un rôle d’ennemi ou d’adversaire portaient également de l’équipement de protection des yeux pour assurer leur sécurité tandis qu’ils utilisaient des balles de peinture pour donner un peu de réalisme au fait d’être touché par un tir. Les mises en situation ont permis aux candidats qui travaillaient en équipe – et qui devaient adapter leur raisonnement et des tactiques précises (p. ex., des tactiques relatives au combat rapproché) aux défis que présente la CP de dignitaires – d’achever leur transition et de devenir des opérateurs de CP à part entière.

« À mon avis, ce qui est le plus difficile à apprendre pour les candidats, c’est de prendre part à un combat rapproché tout en devant assurer la protection d’un dignitaire », affirme le sergent Cayer en faisant référence à la tendance de certains militaires entraînés aux armes de combat à penser au-delà des objectifs étroits liés à la récupération d’un dirigeant/dignitaire. 

Le rôle du lieutenant-colonel MacCulloch n’a pas été facile à jouer. Au cours du dernier exercice, elle a été « récupérée » à maintes reprises de façon professionnelle tandis qu’elle se trouvait au milieu d’une multitude d’attaques variées – allant de coups de feu et de tirs d’artillerie simulés à grande échelle à des tentatives d’agressions physiques. Afin d’assurer la protection du lieutenant colonel MacCulloch, les agents de CP l’ont, à plusieurs reprises, rapidement aidé à s’extirper d’une situation menaçante en lui demandant de se déplacer à pied, d’entrer ou de sortir d’un véhicule ou d’une structure urbaine, ou de traverser un terrain marécageux. Comme les candidats et les instructeurs du CAPR, le lieutenant colonel MacCulloch a toujours affiché une attitude très positive.

« Ce fut l’une des meilleures expériences de ma carrière militaire », déclare-t-elle. « Je n’ai pas été touchée par une seule balle de peinture, alors l’équipe a fait du bon travail! » 

Servir les intérêts du Canada

Les diplômés du CAPR sont prêts à mener à bien les tâches importantes qui les attendent, que ce soit au Canada ou à l’étranger. Ils ont appris les concepts et les tactiques nécessaires pour minimiser les risques pour eux-mêmes et, plus important encore, pour les dirigeants qu’ils doivent protéger. L’importance des responsabilités qui leur seront confiées a été soulignée aux nouveaux diplômés par leur responsable de cours à l’occasion de la remise des diplômes, à la fin du mois de juin.

« On vous a expliqué la signification de l’insigne des spécialistes en CP – de l’épée, des griffons et de la couronne – que vous possédez tous maintenant », a déclaré le lieutenant Ward. « Je tiens à souligner l’importance de ce que ces symboles représentent. Ils signifient que notre gouvernement vous a confié la responsabilité de protéger les plus importants représentants canadiens partout dans le monde. Vous aurez l’occasion de protéger des ministres, des ambassadeurs et des généraux – vous allez devoir veiller à ce que les intérêts du Canada soient servis dans nos missions les plus importantes. Ce n’est pas une mince affaire, mais je sais que vous serez en mesure d’assumer vos fonctions. »

By/Par: Mark Giles