Home National CAF Story: It’s all in the planning for Sgt Geddes

CAF Story: It’s all in the planning for Sgt Geddes

543
Sgt Allison Geddes hugs TV personality rick Mercer in Afghanistan where she was part of the Mission Closure unit. / Le Sgt Allison Geddes donne une accolade à Rick Mercer, personnalité de l’écran, en Afghanistan, où elle a fait partie de l’unité de clôture de la mission.

The hustle and bustle of travel and changing surroundings has always been a central theme to Allison Geddes’ life.

The 36-year-old Sergeant grew up in a military family that made many moves, and that continued when she joined the Canadian Army in 2001 as a reservist with the Canadian Scottish Regiment in Victoria, B.C. A year later she switched to 741 Communications Squadron and while attach posted to 1 Canadian Mechanized Brigade Group Headquarters and Singal Squadron she completed a tour to Afghanistan in 2006 before joining the Regular Forces as a Traffic Technician in 2007.

In 2019, she moved back to Victoria from CFB Petawawa to take on a new position as J4 Movements Supervisor with the Regional Cadet Support Unit (Pacific).

Traffic Technician’s plan, execute, and manage movement of Canadian Armed Forces equipment and personnel. They use all modes of transport from any local, regional, national, or inter-national location in support of Canadian Armed Forces exercises and operations.

Her current job as J4 Movements Supervisor with the RSCU(P) had her creating intricate travel itineraries for cadets and military personnel, that is until COVID-19 halted all travel.

“What I learned from a young age about travel, logistics, and planning is that in order to make a smooth transition from one place to another, you need to have a plan.

“Working for the cadets is like going back to where her career started. She was a member of the Royal Canadian Air Cadets for four years while her fam-ily lived in Kingston, ON – joining at the encouragement of her mother, MCpl (Retired) Joanne Geddes. Before the pandemic hit, her days were filled booking travel for B.C. cadets locally and across Canada for summer and weekend training at cadet training centres and various athletic competitions. Now, she is preparing for the eventual return to normal.

“Being proactive, we have been able to solidify Standard Operating Procedures for movements as well as brain-storm solutions we may encounter moving forward in the post-COVID working atmosphere,” she said.

Early on in her posting she got a first-hand look at the importance of her work. That’s when she travelled to Vernon, B.C., for a cadet graduation ceremony and saw their parade. “I hadn’t seen a parade of that scale in a long time and that’s when I truly realized how important this program is for the CAF. When I got on the bus with the cadets for their trip home, I got to see the impact my work has on their experience and that was a really proud moment for me.

However, her opportunity to see something like that again is ending. She recently received word she will be transferring to a new job this summer, a move she is already planning.

Allison Geddes as an air cadet with 58 RCACs in Kingston, ON / Allison Geddes, cadet de l’Air au sein du 58e Escadron des Cadets de l’Aviation royale du Canada, à Kingston en Ontario

Récit des FAC : Tout est une question de planification pour le Sgt Geddes

Le branle-bas de combat qui précède les déplacements et les changements de paysage ont toujours fait partie de la vie d’Allison Geddes.

Ce sergent de 36 ans vient d’une famille de militaire qui a déménagé de nombreuses fois, un train de vie qu’elle continue de mener en s’enrôlant dans l’Armée canadienne en 2001 en tant que réserviste du Canadian Scottish Regiment, à Victoria, en Colombie-Britannique. Un an plus tard, elle est affectée au 741e Escadron des communications et, durant une affectation temporaire au Quartier général et Escadron des transmissions du 1er Groupe-brigade mécanisé du Canada, elle effectue une mission en Afghanistan en 2006, avant de passer à la Force régulière comme technicienne des mouvements en 2007.

En 2019, elle quitte la BFC Petawawa pour revenir à Victoria, où elle assume un nouveau poste à titre de superviseur du J4 Mouvement au sein de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Pacifique).

Les techniciens des mouvements planifient, exécutent et gèrent les mouvements de l’équipement et du personnel des Forces armées canadiennes. Ils utilisent tous les modes de transport nécessaires au soutien des exercices et des opérations des Forces armées canadiennes, à partir de tout emplacement local, régional, national ou international.

Dans le cadre de son travail actuel comme superviseur du J4 Mouvement, elle planifiait des itinéraires complexes pour les cadets et le personnel militaire, jusqu’à ce que la crise de COVID‑19 mette un terme à tout déplacement.

« Ce que j’ai appris tôt dans ma vie à propos des déplacements, de la logistique et de la planification, c’est que pour faire en sorte que tout se passe bien d’un bout à l’autre, il faut avoir un plan. »

Son travail avec les cadets la ramène au tout début de sa carrière. Elle a fait partie des Cadets de l’Aviation royale du Canada pendant quatre ans lorsque sa famille habitait à Kingston, en Ontario. C’est sa mère, le caporal-chef (retraité) Joanne Geddes, qui l’a encouragée à s’inscrire. Avant la pandémie, elle passait ses journées à organiser les déplacements des cadets de la Colombie-Britannique dans la région et ailleurs au Canada, pour l’instruction d’été et de fin de semaine dans les centres d’instruction des cadets et pour diverses épreuves sportives. Aujourd’hui, elle se prépare à un éventuel retour à la normale.

« Étant proactifs, nous avons amélioré les instructions permanentes d’opérations concernant les mouvements et nous avons essayé de trouver des solutions aux problèmes qui pourraient surgir au travail une fois la crise de COVID terminée », affirme-t-elle.

Tôt durant son affectation, elle a pu constater par elle-même l’importance de son travail. C’était lors d’un déplacement vers Vernon, en Colombie-Britannique, à l’occasion d’une cérémonie de fin de cours et d’un défilé de cadets. « Je n’avais pas vu de défilé de cette envergure depuis longtemps et c’est à ce moment que j’ai vraiment réalisé à quel point ce programme est important pour les FAC. Quand j’ai embarqué dans l’autobus avec les cadets pour le retour à la maison, j’ai vu l’effet de mon travail sur leur expérience et ça m’a rendue très fière. »

Cependant, elle n’aura bientôt plus la chance de profiter de ce genre d’occasion. Elle a récemment appris qu’elle occupera un nouveau poste l’été prochain, un changement qu’elle planifie déjà.