Home Community Five Kids Under Five: How One Search and Rescue Spouse Handles the...

Five Kids Under Five: How One Search and Rescue Spouse Handles the Unpredictable

118

There are supermoms. And then there are military supermoms. 

On any given day, Kelly-Lynn Nicole, mom of five kids under five, including triplets, never quite knows what to expect. One day her husband might be at home with the family or at work, while another he’s off flying potentially dangerous search and rescue (SAR) missions, with little more than 30 minutes’ notice.

“A lot of people are amazed at how my spouse has to drop everything the minute he gets a call to go to a rescue. They are amazed at the missions he does,” says Kelly-Lynn, whose husband is is a flight engineer with 413 Transport and Rescue Squadron in 14 Wing Greenwood, Nova Scotia. “They can’t get over the fact that he could be gone for days for a mission with such short notice. At the drop of a hat, I’m left to hold down the fort.”

Short-fuse and unpredictability of missions
Such is life in search and rescue, one of the most unpredictable, and inherently dangerous, battle rhythms in the Canadian Armed Forces (CAF) and the Royal Canadian Air Force (RCAF).  

Kelly-Lynn and MCpl Dan Domonkos with their five children, all under the age of five. Photo submitted. / Kelly-Lynn et le caporal-chef Dan Domonkos avec leurs cinq enfants, tous âgés de moins de cinq ans. Photo soumise.

“Missions can happen at any given time. They happen in the middle of dinner, grocery shopping, family get-togethers, the middle of the night and most happen in bad weather and dangerous conditions. As a super woman as some may see me, I am only human and of course I can get extremely worried.”

A worrisome lifestyle
Kelly-Lynn, a “base brat” whose father served in the RCAF, says worrying is probably her biggest challenge. She and her husband lost friends in the 2006 crash of a CH-149 Cormorant in Nova Scotia, which often weighs heavily on her mind and heart.

“SAR isn’t exactly a walk in the park,” says Kelly-Lynn. “In better [weather] conditions, it could be a longer search mission with no telling when they will return. It’s hard to not have my other half home with me. We love our time together as a family. So, when the schedule changes and we have to change or reshuffle plans, it’s hard.”

How Kelly-Lynn copes
Kelly-Lynn credits a consistent, yet flexible, family routine with predictable nap times, “me time” with girlfriends (pre-pandemic) and “seize the moment” type outings with her family during days off as ways of coping. Kelly-Lynn also has family in nearby PEI and New Brunswick to fall back on.

“Down time can also be a nice van ride in an afternoon when all the kids fall asleep. My husband and I will have a hot coffee or pit stop to local breweries or wineries to pick up a few treats for the evening,” she says. 

“I do enjoy a hot shower, Netflix, snacks and a drink at home just fine. It won’t always be this way so we see this as a blessing and an adventure with plenty of time down the road with more time for us. For now, I’m happy to be needed.”

Needed indeed
The RCAF recognizes the immense sacrifices and contributions made by spouses like Kelly-Lynn, referring to them as “Invisible Crew Members,” without whose support the RCAF simply could not operate. Kelly-Lynn is proud to contribute in her own way to the RCAF mission.

“I don’t do an actual RCAF job, but I am my husband’s biggest fan, study buddy, his rock and stability. Being a stay-at-home mom at the moment means he doesn’t need to worry when he gets a call. He can just go.” 

Hubby says thank you
Kelly-Lynn’s husband, MCpl Dan Domonkos, says a lot of people would be amazed at the sacrifices made by military spouses, and adds “she makes it so I don’t need to worry and I can focus on missions and my job.

“I would like to thank my beautiful wife for always being by my side and supporting me with everything! I couldn’t do this alone and appreciate everything [she] has done for me and our little family!”

Help for SAR spouses
Although Kelly-Lynn finds it hard to ask for help, she says it would be nice if others in the military community could know somehow when SAR spouses are alone, unlike Army and Navy spouses whose community support systems are fairly established during predictable and longer deployments.

“SAR spouses deal with instant, mini, local deployments. We don’t know when the call will come in; and when they leave, we don’t know when they might return – and if they will. It would be nice for others to have a better understanding of our lifestyle. 

“We need a community, a village, something to reassure SAR spouses there are people they can count on when they need help the most. Kindness, company and conversation. When our husbands are away or during the most stressful times, a simple tea and treats dropped off for the kids, a friend that pops by with a ready-made meal, to drop in and break up the day or help with bedtime routine would be great.”

Still, Kelly-Lynn wouldn’t change things for the world.

“It’s an adventure and we like to travel. I’ve grown up with this lifestyle, and I think it’s really what you make of it. It’s really the only life I’ve known, and it’s been a rewarding one thus far. I can pass down what I know of it to my children. They will have each other through moves, learn to adapt to new surroundings and keep an open mind to new possibilities. Plus, you make friends everywhere you go. It can really be a positive lifestyle.”

RCAF Family Connection Program can help
If you would like to find a friend or be a friendly connection during the Annual Posting Season, register for the RCAF Family Connection Program.
The RCAF Family Connection Program’s volunteer connectors stand ready to assist families in settling into their new communities during the posting season, and to support families who are separated from their loved ones due to military service. 

You can register here

The Canadian Armed Forces and the RCAF have the main responsibility for providing SAR from the air in Canada. It also coordinates the national response for air and maritime SAR. CAF assets are tasked to respond to about 1,000 SAR missions every year with families holding down the fort for almost every one. We celebrate and thank them for their service.

By Holly Bridges


Mère de cinq enfants de moins de 5 ans et conjointe d’un membre de l’équipe de recherche et sauvetage, elle gère l’imprévisible

Il y a les supermamans. Et puis, dans une catégorie à part, il y a les supermamans militaires.  

Chaque jour, Kelly-Lynn Nicole, mère de cinq enfants âgés de moins de 5 ans, dont des triplets, ne sait jamais réellement à quoi s’attendre. Un jour, son mari est au travail ou à la maison avec sa famille et un autre, il s’envole pour des missions de recherche et sauvetage (SAR) potentiellement dangereuses, et ce, parfois avec à peine 30 minutes de préavis. 

« Beaucoup de personnes sont étonnées que mon époux doive laisser tomber tout ce qu’il fait à la minute où il reçoit un appel pour participer à un sauvetage. Elles sont impressionnées par les missions qu’il accomplit », mentionne Kelly-Lynn, dont le mari est mécanicien de bord pour le 413e Escadron de transport et de sauvetage dans la 14Escadre Greenwood en Nouvelle-Écosse. « Elles ne peuvent pas passer par-dessus le fait qu’il puisse être parti en mission pour plusieurs jours avec un si court préavis. En un rien de temps, je suis seule à m’occuper de tout. »

Missions intenses et imprévisibles 
Telle est la vie en recherche et sauvetage : le rythme de bataille y est l’un des plus imprévisible et des plus dangereux des Forces armées canadiennes (FAC) et de l’Aviation royale canadienne (ARC).   

« Les missions peuvent survenir à tout moment : au milieu du souper, à l’épicerie, lors de réunions familiales, en pleine nuit, et la plupart d’entre elles ont lieu lorsque les conditions météorologiques sont défavorables et dangereuses. Même si certains me considèrent comme une superfemme, je suis tout de même un être humain et, bien évidemment, il m’arrive d’être extrêmement inquiète. »

Un mode de vie angoissant
Kelly-Lynn, une enfant de militaire dont le père a servi dans l’ARC, concède que l’angoisse est probablement son plus grand défi. Elle et son mari ont perdu des amis en 2006 lors de l’écrasement d’un CH-149 Cormorant en Nouvelle-Écosse. Ce triste événement pèse lourdement sur sa conscience comme sur son cœur.

« Faire partie de l’équipe de recherche et sauvetage n’est pas de tout repos », admet Kelly-Lynn. « Quand les conditions météorologiques sont bonnes, la mission peut durer plus longtemps, sans que l’on puisse déterminer à quel moment ils reviendront. C’est difficile de ne pas avoir ma douce moitié avec moi à la maison. On aime passer du temps ensemble en famille, alors quand le calendrier est modifié et que nous devons changer nos plans ou les repousser, c’est dur. »

Les stratégies de Kelly-Lynn
Parmi les stratégies utilisées par Kelly-Lynn pour faire face à la situation, on retrouve l’instauration d’une routine familiale constante, mais flexible, comportant des périodes de sieste fixes, le fait de prendre du temps pour elle avec ses amies (avant la pandémie) et celui de saisir les occasions de sorties avec sa famille qui s’offrent à elle sur le moment lors de journées de congé. Kelly-Lynn a également de la famille à proximité au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard sur laquelle elle peut compter.

« Les périodes de repos peuvent également prendre la forme d’une belle promenade en camionnette en après-midi lorsque tous les enfants tombent endormis. Mon mari et moi partageons alors un café chaud ou encore nous faisons halte dans les brasseries et vineries locales pour acheter quelques gâteries pour la soirée », mentionne-t-elle.  

« Je me satisfais très bien d’une bonne douche chaude, de Netflix, de quelques collations et d’un verre à la maison. Nous sommes conscients que ce ne sera pas toujours comme ça, mais en fin de compte, nous considérons cette situation comme une bénédiction et une aventure qui nous permettra éventuellement d’avoir plus de temps pour nous. Pour le moment, je suis contente qu’on ait besoin de moi. »

Plus que nécessaire
L’ARC reconnaît les immenses sacrifices que font les conjoints comme Kelly-Lynn et leur importante contribution. Sans ces « membres d’équipage invisibles », l’ARC ne pourrait tout simplement pas mener à bien ses opérations. Kelly-Lynn est fière de contribuer à sa manière aux missions de l’ARC.

« Je n’ai pas de réel emploi dans l’ARC, mais je suis à la fois la plus grande admiratrice de mon mari, son compagnon d’études, son roc et sa stabilité. Comme je suis une mère au foyer en ce moment, il n’a pas à être stressé lorsqu’il reçoit un appel. Il peut simplement partir. »

Un mari reconnaissant
Le mari de Kelly-Lynn, le caporal-chef Dan Domonkos, est convaincu que beaucoup de gens seraient étonnés des sacrifices que font les conjoints de militaires. Il ajoute que sa femme fait en sorte qu’il n’ait pas à s’inquiéter et qu’il puisse se concentrer sur les missions de même que sur son travail.

« J’aimerais remercier ma magnifique femme d’être toujours à mes côtés et de me soutenir dans tout ce que j’entreprends! Je ne pourrais pas y arriver seul et j’apprécie tout ce qu’elle fait pour notre petite famille et moi! »

Offrir de l’aide aux conjoints SAR
Même si Kelly-Lynn trouve qu’il est difficile de demander de l’aide, elle pense qu’il serait bien que les autres membres de la communauté militaire soient mis au courant quand les conjoints SAR se retrouvent seuls. Les conjoints de l’armée de terre ou de la marine, contrairement à eux, ont accès à des systèmes de soutien communautaires bien établis lors de déploiements planifiés et plus longs.

« En tant que conjoints SAR, nous faisons face à de petits déploiements instantanés et locaux. Nous ne savons ni à quel moment l’appel surviendra ni quand notre conjoint devra partir. Nous ne savons pas non plus lorsqu’il reviendra – voire s’il reviendra tout court. Ce serait bien que les autres aient une meilleure compréhension de notre mode de vie. »

« Nous avons besoin d’une communauté, d’un village, bref d’un système quelconque pour rassurer les conjoints SAR et leur rappeler qu’il y a des gens sur lesquels ils peuvent compter quand ils sont dans la nécessité. Nous avons besoin de gentillesse, de compagnie et d’échange. Quand nos maris sont absents ou que l’on vit des périodes de stress intense, une simple tasse de thé et des friandises pour les enfants, un ami qui nous amène un repas préparé et qui brise la routine ou qui aide avec l’heure du coucher, ce serait grandement apprécié. »

Malgré tout, Kelly-Lynn n’échangerait sa vie pour rien au monde.

« C’est une grande aventure et nous aimons voyager. J’ai grandi selon ce style de vie et je pense que ce qu’on en retire dépend de ce qu’on choisit d’en faire. C’est la seule façon de vivre que je connais et, jusqu’à présent, elle a été très enrichissante. J’ai la chance de transmettre ce que j’en ai appris à mes enfants. Ensemble, ils pourront s’entraider lors des déménagements, apprendre à s’adapter à un nouvel environnement et garder l’esprit ouvert face aux nouvelles possibilités. De plus, partout où l’on va, on se fait des amis. Ça peut vraiment être un mode de vie très positif. » 

Le Programme de connexion familiale de l’ARC peut vous aider
Si vous désirez trouver un ami ou devenir un accompagnateur pendant la période active des affectations, inscrivez-vous au Programme de connexion familiale de l’ARC. 
Les bénévoles du Programme de connexion familiale de l’ARC, en poste dans les escadres partout au pays, sont prêts à aider les familles à s’établir dans leurs nouvelles collectivités durant la période des affectations et à appuyer celles qui sont séparées de leurs proches en raison de leur service militaire. 

Il est possible de s’inscrire ici. 

Les Forces armées canadiennes et l’ARC ont comme principale responsabilité de fournir des services SAR par voie aérienne au Canada. Elles coordonnent également les opérations nationales aériennes et maritimes de recherche et sauvetage. Les ressources des FAC sont chargées de répondre à environ 1 000 missions SAR chaque année et les familles tiennent le coup à la maison pour presque chacune d’entre elles. Nous les célébrons et nous les remercions pour leur service. 

Par Holly Bridges