Home CFB Borden Remembering the Battle of the Atlantic

Remembering the Battle of the Atlantic

283
With COVID-19 restrictions still in place, a small military parade gathered to honour the 76th anniversary of the Battle of the Atlantic. Pictured left to right: Chief Petty Officer 1st Class D.E. Campbell, Base Chief Petty Officer, Sergeant Jerome Albert and Sergeant Mathieu Charbonneau. Photo credit: Corporal Dustin Levasseur, Base Imagery. / Les restrictions liées à la COVID19 étant toujours en vigueur, un petit défilé militaire s’est rassemblé pour souligner le 76e anniversaire de la bataille de l’Atlantique. De gauche à droite : le premier maître de 1re classe D.E. Campbell, le premier maître de la base, le sergent Jérôme Albert et le sergent Mathieu Charbonneau. Source : caporal Dustin Levasseur, Section d’imagerie de la Base.

“We will remember them.” 

These were the words that echoed between the small military parade gathered to commemorate the Battle of the Atlantic at a small outdoor ceremony on Base Borden on the morning of Sunday, 2 May. The air was still and quiet, the flags hanging limp without a breath of air to rouse them from their slumber, the sun just beginning to peek from behind the clouds.

“Today with great reverence and respect, we remember those who, while holding onto hope, paid the ultimate price,” said Padre Lieutenant Navy Darren Milley, 16th Wing Chaplain, whose own father served in the Royal Canadian Navy as a young man on a merchant ship in those dangerous waters. “We also consider those who felt the pain of their loss, who also continue to hope.”

Recognized each year on the first Sunday in May, the Battle of the Atlantic was the longest continuous battle of the Second World War. As the Allied and German forces fought for control over the Atlantic Ocean, Canada played a crucial role, with 434 vessels by the end of the war – including the RMS Scythia

Originally built as a luxury liner for tourists in the 1920s, the RMS Scythia became a troop ship in 1940 which she served as during the Battle of the Atlantic. She was even struck by an aerial torpedo, though fortunately suffered only minimal casualties.

Donated to the Base Borden Military Museum by the Cunard Steamship Company, the bell from the RMS Scythia deck was used as part of the ceremony, rung before the raising of the Royal Canadian Naval flag and struck once for each of the ships lost at sea during the Battle of the Atlantic.

One by one, the names of all 23 ships lost during the nearly six-year battle were read aloud. And one by one, they were remembered.

“It is impossible for many of us to comprehend just how hard and long and at times despairing those days would have been for those that fought that good fight on our behalf,” said Padre Milley.  

The Atlantic Ocean was a life source for Europe during the Second World War. Without it, supplies and troops coming from North America would have been entirely cut off. Despite the threat of U-boats, German submarines and other warships determined to sink Allied transport ships crossing the ocean, Canada’s Merchant Navy, the Royal Canadian Navy, and the Royal Canadian Air Force persevered to victory in the Battle of the Atlantic, making the Allied victory of the Second World War possible. 

By: Emily Nakeff


Commémoration de la bataille de l’Atlantique

« Nous nous souviendrons d’eux. »

Ce sont les mots qui ont résonné dans les rangs du petit défilé militaire réuni pour commémorer la bataille de l’Atlantique lors d’une petite cérémonie en plein air à la base Borden, le matin du dimanche 2 mai. Le temps était calme et le silence régnait, les drapeaux pendaient mollement sans qu’un souffle vienne perturber leur repos, le soleil commençait tout juste à poindre derrière les nuages.

Sergeant Jerome Albert stands at ease behind the bell from the RMS Scythia, used during the ceremony of the Battle of the Atlantic to commemorate each of the 23 ships lost. Photo credit: Corporal Dustin Levasseur, Base Imagery. / Le sergent Jérôme Albert se tient au repos derrière la cloche du RMS Scythia, utilisée lors de la cérémonie de la bataille de l’Atlantique pour commémorer chacun des 23 navires perdus. Source : caporal Dustin Levasseur, Section d’imagerie de la Base.

« Aujourd’hui, avec beaucoup de révérence et de respect, nous nous souvenons de ceux qui, tout en gardant espoir, ont payé le prix ultime », a déclaré le lieutenant de vaisseau Darren Milley, aumônier de la 16e Escadre, dont le propre père a servi dans la Marine royale du Canada dans sa jeunesse sur un navire marchand dans ces eaux dangereuses. « Nous pensons aussi à ceux qui ont ressenti la douleur de leur perte, qui continuent aussi à vivre d’espoir. »

Soulignée chaque année le premier dimanche de mai, la bataille de l’Atlantique a été la plus longue bataille continue de la Deuxième Guerre mondiale. Alors que les forces alliées et allemandes se disputaient le contrôle de l’océan Atlantique, le Canada a joué un rôle crucial, avec 434 navires à la fin de la guerre, dont le RMS Scythia.

Construit à l’origine comme un paquebot de luxe pour touristes dans les années 1920, le RMS Scythia est devenu un navire de transport de troupes en 1940, un rôle qu’il a joué dans la bataille de l’Atlantique. Il a même été frappé par une torpille aérienne, mais n’a heureusement subi que des pertes minimes.

La cloche de pont du RMS Scythia, un don de la Cunard Steamship Company au musée militaire de la base Borden, a été utilisée au cours de la cérémonie. Elle a retenti avant le lever du drapeau de la Marine royale canadienne et sonné une fois pour chacun des navires perdus en mer pendant la bataille de l’Atlantique.

Un par un, les noms des 23 navires perdus pendant cette bataille de près de six ans ont été lus à haute voix, et un par un, on s’est souvenu d’eux.

« Il est impossible pour beaucoup d’entre nous de saisir à quel point ces journées ont été difficiles, longues et parfois désespérantes pour ceux qui ont livré un juste combat en notre nom », a déclaré l’aumônier Milley.

L’océan Atlantique était une source de vie pour l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Sans lui, les approvisionnements et les troupes venant d’Amérique du Nord auraient été entièrement coupés. Malgré la menace des Uboats (les sous-marins allemands) et d’autres navires de guerre déterminés à couler les navires de transport alliés qui traversaient l’océan, la marine marchande du Canada, la Marine royale du Canada et l’Aviation royale du Canada ont persévéré jusqu’à la victoire dans la bataille de l’Atlantique, rendant possible la victoire des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Par : Emily Nakeff