Eid al-Fitr, the Festival of Breaking the Fast on 15 June 2018 / L’Aïd al-Fitr, ou la fête de la rupture du jeûne, le 15 juin 2018

At the end of the Islamic holy month of Ramadan and fasting , the month of Shawwal (Islamic lunar calendar) starts with three days of Eid al-Fitr : the Festival of Breaking the Fast, a very festive and joyous holiday which is celebrated by Muslims globally. On the day of the Eid, Muslims attend special congregational prayer in the morning, wearing their nicest, cleanest clothes. After the completion of the prayer and a special sermon, Muslims rise to greet and hug one another, saying “Eid Mubarak,” which means “Blessed Eid.” “Eid Sa’id” (Happy Eid/ Bon Eid), and of course there will be cultural and language variations to celebrate this festival within Canadian multi-cultural society.

Later on, Muslim families visit each others’ homes, and have special meals together. Children are often rewarded with gifts, money, and sweets. Lights and other decorations mark the happy occasion. It is the time and the occasion to share the joy of Eid with neighbours, elderly and those in needs through charitable donations, sharing food and gift exchanges. In some cultures, graveyard visits also very popular as a sign of remembering loved ones. For those who are away from family , they use technology to exchange their greetings to each other. Eid al- Fitr is definitely an important religious festival for Muslims. This year it will be on 15 June 2018. The holiday is set by Islamic lunar calendar and depends on the eye-sighting of the new moon; some countries celebrate it a day later. Ramadan and Eid do not fall on the same date each year for the same reason.

Some Muslim students or staff may want to take part in these social rites, festivals and may request leave or Religious Accommodation during the time of the Festival of Breaking the Fast. It will greatly benefit the morale of Muslim members to accommodate their religious needs.


À la fin du mois du ramadan, le mois sacré islamique de la privation, les trois premiers jours du mois du chawal (selon le calendrier lunaire islamique) sont consacrés à la célébration de l’Aïd al-Fitr, qui correspond à la fête de la rupture du jeûne, une fête très joyeuse à laquelle l’ensemble des musulmans participent. Le jour de l’Aïd, les musulmans se parent de leurs plus beaux atours pour assister le matin à une prière spéciale en communauté, qui est suivie d’un sermon particulier pour l’occasion. Ensuite, les musulmans se lèvent pour se saluer et pour se serrer dans leurs bras en disant « Aïd moubarak », ce qui signifie « bonne fête de l’Aïd ». Par ailleurs, compte tenu du multiculturalisme de la société canadienne, il va de soi qu’il existe différentes variantes de cette fête sur les plans culturel et linguistique.

Plus tard, les familles musulmanes se rendent visite et partagent des repas spéciaux, et il arrive souvent que les enfants soient récompensés par des cadeaux, des sommes d’argent et des sucreries. Des lumières et d’autres décorations sont utilisées pour souligner l’occasion, qui est une heureuse occasion de profiter de la joie associée à l’Aïd en compagnie de voisins ou de personnes âgées, ou encore en compagnie de gens dans le besoin à qui il fait bon d’offrir des dons, des repas en commun et des cadeaux. Dans le contexte de certaines cultures, des visites aux cimetières sont également très populaires pour la commémoration d’êtres chers disparus. D’autre part, ceux et celles qui sont loin de leurs familles recourent à la technologie pour échanger des salutations. L’Aïd al- Fitr constitue certainement une fête religieuse importante pour les musulmans et, cette année, en 2018, cette fête tombe le 15 juin, d’après le calendrier lunaire islamique et l’observation visuelle de la nouvelle lune et, dans certains pays, elle est célébrée un jour plus tard. C’est dans la même optique que le ramadan et l’Aïd n’ont pas lieu à la même date d’une année à l’autre.

Certains membres du personnel ou certains stagiaires musulmans voudront peut-être prendre part à des rites sociaux liés à la fête de la rupture du jeûne et ils demanderont alors des congés ou des accommodements religieux. Il est à noter que l’adoption de mesures visant à satisfaire les besoins religieux de militaires musulmans serait très bénéfique pour leur moral.

By/Par: Padre Capt Suleyman Demiray, CFB Borden Multi Faith Center/Centre multiconfessionnel de la BFC Borden

Related posts

Leave a Comment