Home Community Alliston ROM Adapts to Keep Community, Connections and Education Thriving

ROM Adapts to Keep Community, Connections and Education Thriving

199
Sleeping Sperm Whales. / Cachalots endormis. Photo : ©Stéphane Granzotto

If a tree falls in the forest, does anyone hear it? Likewise, is a museum still a museum if its doors are closed? That’s the million-dollar question that’s been guiding staff at the Royal Ontario Museum (ROM) for the past year. 

“In the early days, we had to ask ourselves: how are we a museum that serves its communities without being an open building?” said Jennifer Wild, Deputy Director of Engagement at the ROM. “We’re not really a museum if we’re not engaging with people. Otherwise, we’re just a vault taking care of art culture and natural history objects.”

For an organization where planning is everything – taking anywhere from 18 months to three years to organize an exhibit – the uncertainty of changing restrictions during the pandemic has posed a significant obstacle. But their biggest challenge was that they just weren’t set up to do online programming. With their doors closed to the public for the bulk of the last 16 months, it quickly became clear that it would be not just ideal, but absolutely vital. 

They started with building their online collections. From natural history to art and culture from around the world, to artifacts from ancient Egypt, more than 54,000 objects make up their current online collection. A popular destination for school visits, they also started offering virtual field trips, with 70,000 students served between November and March. And ongoing bi-weekly live webinars of the Indigenous Voices Program is drawing anywhere from 4,000 to 5,000 viewers of all ages. 

But there are plans to reopen the ROM as soon as restrictions allow, with a massive exhibition set to open this summer.

The Great Whales: Up Close and Personal is the ROMs biggest project of the year and will feature specimens of the endangered North Atlantic right whale, the sperm whale and the blue whale – the largest animal ever to have existed on Earth. 

“This exhibit is going to be spectacular,” said Wild. The physical space has been designed so people walking through will feel “as if they are underwater with the whales.” 

Originally slated to open in fall of 2020, it’s a continuation of the highly popular 2017 Blue Whale exhibit. ROM is offering people an update on what more we know about these whales, the environmental impact on the species and stories that reflect both the challenges and the success stories about conservation efforts in action. 

For ROM staff, this exhibit is more personal than most. Several were personally involved in collecting the specimens that will be on display from where they were found beached in PEI and Newfoundland. 

“There’s a deep personal connection there that they have, a deep respect for these animals and a real passion for helping people understand them and to learn about them,” she said, adding that the exhibit will be open until spring 2022, so people will have plenty of time to come and enjoy.

With plans to open sometime in the next two months, pending government restrictions, in-person guests can expect safety modifications including the option to purchase tickets in advance and altered hands-on activities so they are safe but still engaging for visitors. In the meantime, people can get a sneak peek at the Great Whales exhibition on the ROM’s website. And once the doors are open, the online content won’t be going anywhere anytime soon. 

As an added bonus, Canadian Armed Forces military and civilian employees are eligible for 20% off admission using their CF Appreciation card. 

“We’ve put a tremendous amount of thought into creating a really engaging and safe experience for people, and we really look forward to welcoming people back to the ROM,” said Wild. “It’s just not the same when it’s empty.”

For more information or access to online collections, visit ROM.on.ca. 

By Emily Nakeff


Le Musée royal de l’Ontario s’adapte pour assurer la prospérité de la communauté, des connexions et de l’éducation

Si un arbre tombe dans la forêt, est-ce que quelqu’un l’entend? De même, un musée est-il toujours un musée si ses portes sont fermées? C’est la question à un million de dollars qui guide le personnel du Musée royal de l’Ontario depuis un an. 

« Au début, nous avons dû nous demander : comment sommes-nous un musée qui sert ses communautés sans être un bâtiment ouvert? », a déclaré Jennifer Wild, directrice adjointe de l’engagement au Musée. « Nous ne sommes pas vraiment un musée si nous ne sommes pas en contact avec les gens. Sinon, nous ne sommes qu’un coffre-fort prenant soin d’objets de culture artistique et d’histoire naturelle. »

Pour une organisation où la planification est primordiale – il faut entre 18 mois et 3 ans pour organiser une exposition – l’incertitude liée à l’évolution des restrictions pendant la pandémie a constitué un obstacle de taille. Cependant, leur plus grand défi était qu’ils n’étaient tout simplement pas préparés à faire de la programmation en ligne. Les portes du musée ayant été fermées au public pendant la majeure partie des 16 derniers mois, il est rapidement apparu que ce n’était pas seulement idéal, mais absolument vital. 

Ils ont commencé par constituer leurs collections en ligne. De l’histoire naturelle à l’art et à la culture du monde entier, en passant par les artefacts de l’Égypte ancienne, plus de 54 000 objets composent leur collection actuelle en ligne. Destination populaire pour les visites scolaires, le musée a également commencé à proposer des excursions virtuelles, auxquelles 70 000 élèves ont participé entre novembre et mars. Enfin, les webinaires en direct organisés toutes les deux semaines dans le cadre du programme « Indigenous Voices » attirent entre 4 000 et 5 000 spectateurs de tous âges. 

Cependant, il est prévu de rouvrir le Musée royal de l’Ontario dès que les restrictions le permettront, avec une exposition massive qui devrait ouvrir cet été.

Les grands cétacés : Entrez dans leur univers est le plus grand projet de l’année du Musée royal de l’Ontario et présentera des spécimens de la baleine noire de l’Atlantique Nord, une espèce menacée, du cachalot et de la baleine bleue – le plus grand animal ayant jamais existé sur Terre. 

« Cette exposition va être spectaculaire, a déclaré Mme Wild. L’espace physique a été conçu pour que les personnes qui le traversent aient l’impression “d’être sous l’eau avec les baleines”. » 

Cette exposition, dont l’ouverture était initialement prévue à l’automne 2020, s’inscrit dans le prolongement de la très populaire exposition sur les baleines bleues de 2017. Le Musée propose aux visiteurs de faire le point sur ce que nous savons de plus sur ces baleines, sur l’impact environnemental sur l’espèce et sur les histoires qui reflètent à la fois les défis et les succès des efforts de conservation en action. 

Pour le personnel du Musée royal de l’Ontario, cette exposition est plus personnelle que la plupart des autres. Plusieurs d’entre eux ont participé personnellement à la collecte des spécimens qui seront exposés, là où ils ont été trouvés échoués à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve-et-Labrador. 

« Il existe un lien personnel profond entre eux, un profond respect pour ces animaux et une véritable passion pour aider les gens à les comprendre et à les connaître », a-t-elle déclaré, ajoutant que l’exposition sera ouverte jusqu’au printemps 2022, de sorte que les gens auront largement le temps de venir l’apprécier.

L’ouverture est prévue dans les deux prochains mois, sous réserve des restrictions gouvernementales. Les visiteurs en personne peuvent s’attendre à des modifications de sécurité, notamment la possibilité d’acheter des billets à l’avance et des activités pratiques modifiées afin qu’elles soient sûres, mais toujours intéressantes pour les visiteurs. En attendant, les visiteurs peuvent jeter un coup d’œil à l’exposition sur les grandes baleines sur le site Web du Musée royal de l’Ontario. Et une fois les portes ouvertes, le contenu en ligne n’est pas prêt de disparaître. 

En prime, les employés militaires et civils des Forces armées canadiennes peuvent bénéficier d’une réduction de 20 % sur l’entrée en utilisant leur carte d’appréciation des FC. 

« Nous avons énormément réfléchi à la création d’une expérience vraiment engageante et sûre pour les gens, et nous avons vraiment hâte d’accueillir à nouveau les gens au Musée », a déclaré Mme Wild. « Ce n’est tout simplement pas la même chose quand il est vide ».

Pour plus d’informations ou pour accéder aux collections en ligne, ROM.on.ca . 

Par Emily Nakeff