Home Community Alliston The Gypsy Moth Invasion: 9 Tips for Managing the Infestation

The Gypsy Moth Invasion: 9 Tips for Managing the Infestation

162
Gypsy Moth caterpillars

You may have noticed tiny black caterpillars crawling all over every surface of your yard – your trees, your deck, your clothes. These are the European Gypsy Moths in their larval caterpillar stage, an invasive, non-native pest that has caused infestation across Southern Ontario for decades. 

And it’s the worst we’ve seen in 30 years. 

They’ll eat almost any foliage. Their favourites include oak, ash, birch and poplar leaves, but these creepy crawlies will eat any leafy tree and, if in short supply, will even eat grasses and coniferous trees like white pine. But the situation isn’t as dire as it seems. 

Most healthy trees can withstand being stripped of their leaves once in a season. New or already stressed trees are at higher risk, but the large-scale impact is expected to be minimal across the county, despite the levels of infestation.  

“It’s certainly quite dramatic and it’s upsetting to people to see trees stripped like that, but really from a broad forest health standpoint the impact is modest at best,” said Graeme Davis, County Forester with the County of Simcoe. “If it occurs in the same area year after year, those trees become more and more stressed, and it can lead to some isolated mortality.”

Population collapse will happen without human intervention. According to Davis, Gypsy Moths have a natural cycle with a population surge every 7-10 years and this season is likely to be the peak before the crash. A virus or fungus that has historically affected this species is expected to get the population under control either this year or next. 

“Even though we’ve got a large hatch, the level of infestation in a lot of areas is possible that it won’t be that bad because the virus will take care of it before the trees get severely defoliated,” said Davis. 

As they grow, the caterpillars will also become more attractive to predators including birds, racoons, and skunks. 

At CFB Borden, where Gypsy Moths are prevalent, aerial treatment is not planned at this time. 

“The concern for complete defoliating is low due to the density of these tree species in the forested areas,” said Colin Lloyd, Natural Resources Forest Technician with Real Property Operations Group at CFB Borden in an email to the Borden Citizen. “That said, there may be a more significant defoliation of single trees within the garrison areas, and RP Ops Natural Resources will continue to monitor the insect populations.” 

Contrary to popular belief, these insects do not bite, though skin irritation can be caused by their fine hairs and can be worse for those with sensitive skin. Hatching season is April to June, so it’s probably too late to reduce the population by removing egg sacs from trees, decks and homes. 

But there are still ways to reduce the impact on your trees and try to minimize the nuisance. 

  • Pick the caterpillars by hand and dispose of them in a bucket of soapy water. Gardening gloves are recommended to avoid skin irritation from their fine hairs. 
  • Tie a folded piece of burlap around the base of a tree, about 1.5 meters above the ground. The caterpillars will seek shade in the burlap and can be collected daily and disposed of in a bucket of soapy water. 
  • Boiling hot water, mixed with a small amount of dish detergent in a spray bottle, will kill them on contact. Keep in mind that the boiling water will also kill any tree foliage it comes in contact with. This is a better solution for caterpillars found on play structures, decks and patio furniture.
  • Residents can purchase Safer’s BTK Insecticide, a bacteria that is specific to and kills only caterpillars, though instructions must be followed exactly. It is safe around people and pets.
  • Fire is NOT a recommended way to destroy these insects, as it is highly dangerous. 
  • Wrapping your trees with sticky fly paper or reverse tape can be deadly for birds that are natural predators for the caterpillars. In trying to eat caterpillars off the tape, they can lose vital flight feathers or can become stuck themselves, along with bees and other important pollinators.
  • Caterpillar droppings can be slippery. Be cautious, and rinse off your driveway and deck if needed. 
  • For new or unhealthy trees, you can reduce the stress of defoliation by soaking the base weekly during the hot summer months. 
  • If you are concerned about the health of your tree, contact a tree service for help.

The European Gypsy Moth caterpillars will finish their feeding and move into their next developmental stage generally by early July, according to Davis. Until then, residents and homeowners can try to curb the nuisance and otherwise remain patient while nature takes its course. 

“This will collapse naturally,” said Davis. “From a broad forest health standpoint there is no need to intervene with extensive aerial spraying programs. Our forests will recover.” 

By Emily Nakeff


Invasion de la spongieuse : 9 conseils pour lutter contre l’infestation 

Vous avez peut-être remarqué de minuscules chenilles noires qui rampent sur toutes les surfaces de votre cour – vos arbres, votre terrasse, vos vêtements. Il s’agit de la spongieuse européenne au stade de chenille larvaire, un ravageur non indigène et envahissant qui infeste le sud de l’Ontario depuis des décennies. 

Et c’est le pire que nous ayons vu depuis 30 ans. 

Elles mangent presque tous les feuillages. Leurs préférées sont les feuilles de chêne, de frêne, de bouleau et de peuplier, mais ces bestioles se nourrissent de n’importe quel arbre à feuilles et, si elles en manquent, elles mangent même des graminées et des conifères comme le pin blanc. Cependant, la situation n’est pas aussi grave qu’il y paraît. 

La plupart des arbres en bonne santé peuvent supporter d’être dépouillés de leurs feuilles une fois par saison. Les arbres nouveaux ou déjà stressés sont plus exposés, mais les répercussions à grande échelle devraient être minimes dans le comté, malgré les niveaux d’infestation.  

« C’est certainement assez dramatique et cela bouleverse les gens de voir des arbres dépouillés de la sorte, mais vraiment du point de vue de la santé générale de la forêt, les répercussions sont au mieux modeste », a déclaré Graeme Davis, forestier du comté de Simcoe. « Si cela se produit dans la même zone année après année, ces arbres deviennent de plus en plus stressés, et cela peut entraîner une certaine mortalité isolée. »

L’effondrement de la population se produira sans intervention humaine. Selon M. Davis, les spongieuses ont un cycle naturel avec une augmentation de la population tous les 7 à 10 ans et cette saison sera probablement le pic avant l’effondrement. Un virus ou un champignon qui a toujours affecté cette espèce devrait permettre de maîtriser la population cette année ou l’année prochaine. 

« Même si nous avons une grande éclosion, le niveau d’infestation dans de nombreuses zones est possible que ce ne soit pas si grave parce que le virus s’en chargera avant que les arbres ne soient sévèrement défoliés », a déclaré Davis. 

En grandissant, les chenilles deviennent également plus attrayantes pour les prédateurs, notamment les oiseaux, les ratons laveurs et les mouffettes. 

À la BFC Borden, où la spongieuse est répandue, le traitement aérien n’est pas prévu pour l’instant. 

« La crainte d’une défoliation complète est faible en raison de la densité de ces espèces d’arbres dans les zones forestières, a déclaré Colin Lloyd, technicien forestier en ressources naturelles du Groupe des opérations immobilières de la BFC Borden dans un courriel adressé au Borden Citizen. Cela dit, il se peut qu’il y ait une défoliation plus importante d’arbres isolés dans les zones de la garnison, et les Ressources naturelles des Ops Imm continueront de surveiller les populations d’insectes. » 

Contrairement à la croyance populaire, ces insectes ne piquent pas, bien qu’une irritation de la peau puisse être causée par leurs poils fins et peut être pire pour ceux qui ont la peau sensible. La saison d’éclosion s’étend d’avril à juin, il est donc probablement trop tard pour réduire la population en retirant les sacs d’œufs des arbres, des terrasses et des maisons. 

Cependant, il existe encore des moyens de réduire les répercussions sur vos arbres et d’essayer de réduire les nuisances. 

  • Ramassez les chenilles à la main et jetez-les dans un seau d’eau savonneuse. Il est recommandé de porter des gants de jardinage pour éviter les irritations cutanées dues à leurs poils fins. 
  • Attachez un morceau de toile de jute pliée autour de la base d’un arbre, à environ 1,5 mètre du sol. Les chenilles chercheront l’ombre dans la toile de jute et peuvent être ramassées quotidiennement et jetées dans un seau d’eau savonneuse. 
  • De l’eau bouillante mélangée à une petite quantité de détergent à vaisselle dans un flacon pulvérisateur les tuera au contact. N’oubliez pas que l’eau bouillante tuera également tout feuillage d’arbre avec lequel elle entrera en contact. C’est une meilleure solution pour les chenilles présentes sur les structures de jeu, les terrasses et les meubles de jardin.
  • Les habitants peuvent acheter l’insecticide BTK de Safer’s, une bactérie spécifique qui ne tue que les chenilles, mais les instructions doivent être suivies à la lettre. Ce produit est sans danger pour les personnes et les animaux domestiques.
  • Le feu n’est PAS un moyen recommandé pour détruire ces insectes, car il est très dangereux. 
  • Envelopper vos arbres de papier tue-mouches collant ou de ruban adhésif inversé peut être mortel pour les oiseaux qui sont les prédateurs naturels des chenilles. En essayant de manger les chenilles sur le ruban adhésif, ils peuvent perdre des plumes de vol vitales ou se coincer eux-mêmes, tout comme les abeilles et autres pollinisateurs importants.
  • Les excréments de chenilles peuvent être glissants. Soyez prudent, et rincez votre allée et votre terrasse si nécessaire. 
  • Pour les arbres nouveaux ou en mauvaise santé, vous pouvez réduire le stress de la défoliation en arrosant la base chaque semaine pendant les mois chauds de l’été. 
  • Si vous êtes préoccupé par la santé de votre arbre, contactez un service d’arboriculture pour obtenir de l’aide.

Selon M. Davis, les chenilles de la spongieuse européenne finiront de se nourrir et passeront à leur prochain stade de développement d’ici début juillet. D’ici là, les habitants et les propriétaires peuvent essayer de limiter la nuisance et rester patients pendant que la nature suit son cours. 

« Cela va disparaître naturellement, a déclaré M. Davis. D’un point de vue général de la santé des forêts, il n’est pas nécessaire d’intervenir avec de vastes programmes de pulvérisation aérienne. Nos forêts vont se rétablir. » 

Par Emily Nakeff