Home CFB Borden Adapting to Life at Sea

Adapting to Life at Sea

377
Andrew Thomas (left) on board the HCMS Toronto Fjord, Norway Andrew Thomas (à gauche) à bord du NCSM Toronto dans un fjord en Norvège.

Adapting was the name of the game for Andrew Thomas, a Fitness and Sport Instructor with PSP (Personnel Support Programs) Borden, who volunteered last summer for his second deployment as a Fitness Sport Recreation Coordinator. 

Thomas spent five and a half months aboard Her Majesty’s Canadian Ship (HMCS) Toronto, departing in July 2020 from CFB Halifax and travelling to 14 ports, including Latvia and Portugal, and returning just in time to spend Christmas back home with his family. His role on board was providing recreation and fitness opportunities for the crew, running more than 200 programs, consultations and demonstrations during his deployment. 

Andrew Thomas in the early days of his deployment on the HCMS Toronto as Fitness Sport Recreation Coordinator.
Thomas lors des premiers jours de son déploiement à bord du NCSM Toronto, où il était coordonnateur en conditionnement physique, en sports et en loisirs.
Photo by/par: MCpl Sentner Andrew 

Being used to COVID-19 protocols, one of the biggest adjustments for Thomas was the lack of restrictions required, which have become the new normal for those of us here at home. Crew on board the ship quarantined prior to boarding, meaning the ship itself served as a COVID-free bubble. On his first night, Thomas spent his first meal eating shoulder-to-shoulder at a table with six other people, which he admits was a strange experience after so much isolation at home. Even something as simple as shaking hands took some getting used to. 

And for the first time in months, he was able to work out with others – something he’d been missing since the pandemic restrictions began.

Aside from the company, his workout routine and the classes he facilitated for the crew also needed some fine-tuning. Some exercises just can’t be done at sea, especially on rougher days. He avoided heavy weights to be sure everyone was safe, incorporating more tempo training, mobility and cardiovascular exercise into his workouts. 

“I taught most of my classes on the flight deck, which was a pretty cool experience, just because you walk up on the flight deck and look around and it’s just water,” said Thomas. “There’s no other ships, there’s no land around us, which was pretty surreal to see.”

Sleeping arrangements were unlike anything he’d experienced before. On the bottom of three racks, Thomas shared sleeping quarters with 11 other people, and was glad that his 5’6” frame fit relatively well – and it only took a couple of nights before he figured out the clearance space and stopped hitting his head on the bunk above him. 

“You just get used to it,” said Thomas. “You figure out what works best for you.”

Even the lingo is different on a ship. 

“Going on board there were so many new terms I had to get used to,” he said. “Like, you don’t call stairs ‘stairs’, you call stairs ‘ladders’. The place we were sleeping is called a ‘mess’, and then the place we would eat in is also called a ‘mess’. They called the washrooms ‘heads’.”

The one thing he didn’t have to adapt to, was seasickness. 

There, Thomas got lucky. Having grown up in the city of Toronto, he’d never spent much time around water and had no way of knowing whether he would experience any seasickness – or how bad it might be. It was one of his biggest points of concern before deploying. But he approached it with the same consideration of any challenge. 

“I got my sea legs pretty quick, and I was definitely happy about that. Going into it… people asked me are you seasick? And I would just say to them, I have no idea. But I got on board and I found out I wasn’t seasick and I’m like perfect, I can definitely handle this for another five months or so.”

Though it didn’t affect him, it still factored into his decision to make the trip. Prior to his deployment, he asked himself the hard questions: If I get seasick, am I going to be able to cope? Am I still interested in this deployment if I’m not able to go on land? Can I live in a room with as many as 21 other people? The answer was honestly yes to those tough questions, so he was confident he’d be able to overcome the challenges he would face along the way. He recommends this for anyone in a civilian role considering a deployment opportunity. 

“Make sure that you’re in a good mental space before going on a deployment. Ask yourself all those hard questions that you may know on the potential challenges you’ll be facing and… be as truthful to yourself as possible,” Andrew said. “Being adaptable is probably the most important thing to going on deployment, especially if you’re a civilian, and especially on a ship because the environment is constantly changing. That’s probably my number one [piece of] advice.”  

As part of the Morale and Welfare team on board, a team of between 20 to 30 members, he supported various activities for the crew including spa days, bingo games and trivia events in addition to the sporting events and fitness challenges that he organized personally. 

“Prior to taking this position, I knew my job was going to be more important. CAF [Canadian Armed Forces] members would be relying on me to create fun events,” he said, noting that the port visits are typically the only time crew members spend alone, and can be important for many to decompress. These events included a draft for a ball hockey tournament and a month-long team-based fitness competition. “I remember one of the members telling me it was the most fun he’d had on board.”

With shore leaves restricted due to COVID-19 precautions, which differed from one country to the next, recreation on board was more important than ever. During his first deployment in Latvia in 2019, Andrew had spent two weeks travelling Europe during his mid-deployment Home Leave Travel Assistance (HLTA), an off-base trip that deployed military and staff can take in the middle of their rotation. This time, even in port the crew remained on the ship with the exception of one ball-hockey tournament that Andrew was able to set up, which took place on the Jetty in the Latvia port. 

Diver training CAF personnel
Andrew Thomas training Divers and Naval Boarding Party on the flight deck on board the HCMS Toronto Andrew Thomas lors des premiers jours de son déploiement à bord du NCSM Toronto, où il était coordonnateur en conditionnement physique, en sports et en loisirs.

I had a really fit crew. People loved to work out on board, the gym was always busy throughout the day. I did over 200 programs on board, so that just shows you people wanted to get into shape. It also could have been that because we didn’t get the shore leave, they needed something to make the time pass. So why not do something healthy and work out?”

For Thomas, who was awarded the Maritime Task Force Commendation for his work on board the HCMS Toronto during this deployment, the most rewarding part of the experience was knowing he could make a difference for the members on board. 

“I had a lot of people come up to me and tell me the impact that I left on them, which felt really good. I remember one guy was telling me they wanted to send him home, but I gave him a rehab program and because of that he got to stay on ship. It feels good. For something you work so hard on and for something you prepare so much on, and then feeling the satisfaction by members telling you the impact you left on them, that was probably the most rewarding thing for me.”

And he’d do it all over again. 

Though, admittedly, he’s happy to be on land for a while before he does. 

By Emily Nakeff


S’adapter à la vie en mer

Commendation CD Canadian Forces
Andrew Thomas receiving the Maritime Task Force commendation from Commander Jeff Dargavel, HCMS Toronto. Andrew Thomas en train de recevoir la mention élogieuse de la Force opérationnelle maritime des mains du capitaine de frégate Jeff Dargavel, NCSM Toronto.

Pour Andrew Thomas, instructeur en conditionnement physique et en sports, qui a travaillé dans le cadre des Programmes de soutien du personnel (PSP) de Borden et qui a fait du bénévolat l’été dernier lors de son deuxième déploiement à titre de coordonnateur en conditionnement physique, en sports et en loisirs, le plus important a été l’adaptation.

Thomas a passé cinq mois et demi à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Toronto; il est parti en juillet 2020 de la BFC Halifax et s’est rendu dans 14 ports, y compris en Lettonie et au Portugal, et il est revenu juste à temps pour passer Noël avec sa famille. Son rôle à bord était d’offrir des activités récréatives et de conditionnement physique à l’équipage par le biais de plus de 200 programmes, consultations et démonstrations au cours de son déploiement.

Étant habitué aux protocoles liés à la COVID19, M .Thomas a trouvé que l’une des plus grandes différences était l’absence des restrictions, qui sont devenues la nouvelle normalité pour nous ici au pays. L’équipage a fait une quarantaine avant de monter à bord, ce qui signifie que le navire a servi de bulle sans COVID. Lors de sa première soirée, Thomas a pris son premier repas côte à côte à une table avec six personnes, ce qui, de son propre aveu, a été étrange après tant d’isolement au pays. Même quelque chose d’aussi simple que de donner la main lui a exigé de sa part une adaptation.

Pour la première fois depuis des mois, il pouvait s’entraîner avec d’autres personnes, activité dont il s’ennuyait depuis le début des restrictions liées à la pandémie.

En dehors de la compagnie, son programme d’entraînement et les cours qu’il donnait à l’équipage avaient aussi besoin de peaufinage. Certains exercices ne peuvent tout simplement pas être faits en mer, en particulier lors des jours où les conditions sont plus mauvaises. Il évitait les poids lourds pour être certain que tout le monde était en sécurité, et il incorporait plus d’entraînements rythmés, d’exercices de mobilité et d’exercices cardiovasculaires à ses séances d’entraînement. 

« Je donnais la plupart de mes cours sur le pont d’envol et c’était très agréable parce qu’on regarde aux alentours et tout ce qu’on voit c’est de l’eau » a dit Thomas. « Il n’y a aucun autre navire, aucune terre autour de nous; c’est très surréaliste. »

Andrew Thomas (left) on board the HCMS Toronto Fjord, Norway
Andrew Thomas (à gauche) à bord du NCSM Toronto dans un fjord en Norvège.

Les dispositions pour dormir étaient totalement différentes de ce qu’il avait connu jusqu’alors. Occupant la couchette du bas de trois couchettes superposées, Thomas dormait avec 11 autres personnes, et il était content d’avoir relativement suffisamment d’espace malgré sa taille de 5 pi 6 po. Il a seulement eu besoin de quelques nuits avant de réussir à bien évaluer le dégagement et d’arrêter de se cogner la tête contre la couchette audessus de la sienne.

« On s’y habitue », a dit Thomas. « On trouve ce qui fonctionne le mieux pour soi. »

Même le vocabulaire est différent à bord d’un navire.

« J’ai dû m’habituer à tellement de mots nouveaux à bord » atil dit. « Par exemple, on ne parle pas d’escaliers, mais d’échelles. L’endroit où on dort s’appelle le poste d’équipage, et l’endroit où on mange s’appelle le carré. La salle de toilettes s’appelle la poulaine. »

La seule chose à laquelle il n’a pas eu à s’habituer est le mal de mer.

Par rapport à ça, Thomas a été chanceux. Ayant grandi à Toronto, il n’avait jamais passé beaucoup de temps près de l’eau et il ne pouvait pas savoir s’il aurait le mal de mer ou à quel point. Le mal de mer était l’une de ses plus grandes préoccupations avant le déploiement. Cependant, Thomas a abordé la question de la même manière que tout autre défi.

« J’ai eu le pied marin assez rapidement, et ça m’a définitivement plu. Avant de monter à bord, les gens me demandaient si je souffrais du mal de mer et je leur répondais simplement que je ne le savais pas. Mais je suis monté à bord et j’ai réalisé que je ne souffrais pas du mal de mer. Alors, je me suis dit que je pouvais sûrement gérer la situation pendant environ cinq autres mois. »

Bien qu’il n’ait pas souffert du mal de mer, il en a quand même tenu compte lors de sa prise de décision. Avant son déploiement, il s’est posé les questions difficiles suivantes : Si j’ai le mal de mer, estce que je vais pouvoir faire face à cette situation? Estce que ce déploiement m’intéresse toujours si je ne peux pas aller à terre? Estce que je peux vivre dans une pièce avec 21 autres personnes? Comme la réponse à ces questions difficiles était oui, il croyait qu’il pourrait surmonter les défis auxquels il ferait face. Il recommande l’expérience à tout civil qui songe à participer à un déploiement.

« Assurezvous d’être dans un bon état d’esprit avant de participer à un déploiement. Posezvous toutes les questions difficiles que vous pouvez avoir concernant les défis potentiels auxquels vous ferez face et… soyez aussi honnêtes que possible envers vousmêmes » a dit Thomas. « Être capable de s’adapter aux situations est probablement la capacité la plus importante pour participer à un déploiement, en particulier si vous êtes un civil, et en particulier à bord d’un navire parce que l’environnement y change constamment. C’est probablement le plus important conseil que je donnerais. »

En tant que membre de l’équipe chargée du maintien du moral et du bienêtre à bord, une équipe de 20 à 30 personnes, il a appuyé diverses activités pour l’équipage, y compris des journées spa, des bingos et des jeuxquestionnaires en plus des évènements sportifs et des défis santé qu’il a organisés personnellement.

« Avant d’accepter ce poste, je savais que mon travail allait être plus important. Les membres des Forces armées canadiennes [FAC] allaient compter sur moi pour organiser des activités amusantes » atil dit, notant que les visites dans un port sont habituellement le seul moment où les membres de l’équipage sont seuls, et que ces visites peuvent être importantes pour permettre à de nombreuses personnes de décompresser. Les activités comprenaient un repêchage pour un tournoi de hockeyballe et une compétition sur la forme physique en équipes d’une durée d’un mois. « Je me rappelle qu’un des membres m’a dit qu’il n’avait jamais eu autant de plaisir à bord. »

Ship’s company, HCMS Toronto.  Compagnie du navire, NCSM Toronto.

Comme les permissions à terre étaient restreintes à cause des précautions liées à la pandémie de COVID19, précautions différentes d’un pays à l’autre, le divertissement à bord était plus important que jamais. Au cours de son premier déploiement en Lettonie en 2019, Thomas avait passé deux semaines à parcourir l’Europe pendant son indemnité de retour au domicile (IRD) de midéploiement, un voyage hors base que le personnel et les militaires déployés peuvent faire au milieu de leur rotation. Cette fois, même dans le port, l’équipage est demeuré à bord du navire, sauf lors d’un tournoi de hockeyballe qu’Andrew a pu organiser et qui a eu lieu sur la jetée dans le port letton.

« Mon équipage était très en forme. Les gens aimaient s’entraîner à bord. Il y avait toujours quelqu’un au gym pendant la journée. J’ai organisé plus de 200 programmes à bord, ce qui démontre que les gens voulaient être en forme. Ça pourrait aussi démontrer que, à cause de l’absence de permissions à terre, ils avaient besoin d’un passetemps. Pourquoi alors ne pas faire quelque chose de bon pour la santé et s’entraîner? »

Pour Thomas, qui a reçu la mention élogieuse de la Force opérationnelle maritime pour ses travaux à bord du NCSM Toronto pendant ce déploiement, la partie la plus valorisante de l’expérience a été de savoir qu’il a pu faire une différence pour les membres à bord du navire.

« De nombreuses personnes sont venues me voir pour me parler de l’influence que j’ai eue sur elles, et ça a été très agréable. Je me souviens qu’un gars m’a dit qu’on voulait le renvoyer chez lui, mais que je lui ai donné un programme de réhabilitation et, à cause de ça, il est resté à bord du navire. C’est agréable. Le plus valorisant pour moi a probablement été de travailler si fort sur quelque chose et de m’y préparer autant, puis de sentir la satisfaction de membres qui me disent l’impact que j’ai eu sur eux. »

Et il le referait.

Cependant, il admet qu’il est content d’être à terre pour un certain temps avant de le refaire.

Des occasions de déploiement comme cellelà sont accessibles à tout le personnel des Services de bienêtre et moral des Forces canadiennes (SBMFC), ainsi qu’aux civils dans l’ensemble de la société. Toute personne intéressée à postuler pour un poste de déploiement civil peut en apprendre davantage sur le site Internet des SBMFC à la section Faire partie du soutien aux déploiements.